•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Air France-KLM se sépare de tous ses Airbus A380

Un avion Airbus A380 décolle.

L'Airbus A380 est le plus gros avion de ligne du monde.

Photo : Reuters / Regis Duvignau

Le transporteur européen annonce qu’il retire définitivement tous les appareils Airbus A380 de sa flotte deux ans plus tôt que prévu, dans le cadre d’une « simplification » de son parc d’appareils.

Dans un communiqué, Air France-KLM explique que le retrait de cet avion géant capable de transporter plus de 544 passagers était initialement prévu pour la fin de l’année 2022, mais que la baisse importante du volume de voyageurs ces derniers mois en raison de la COVID-19 et les perspectives plutôt sombres pour le marché aérien l'ont incitée à retirer ces avions dès maintenant.

Avec le retrait de ces gros porteurs, Air France-KLM entend poursuivre la transformation de sa flotte en exploitant des avions plus modernes, plus performants et dont l'empreinte environnementale est considérablement réduite.

Le groupe compte notamment se tourner vers des Airbus A350 et des Boeing 787 pour remplacer les A380, qui avaient été conçus à l’époque pour concurrencer le Boeing 747 sans toutefois y parvenir.

Air France-KLM exploite actuellement neuf A380, soit cinq qui sont sa propriété et quatre autres qui sont en location. La direction estime que le retrait de ce modèle engendrera une dépréciation de la valeur de sa flotte d’au moins 500 millions d’euros (763 millions de dollars canadiens).

Mais la compagnie n'a pas le choix. Malgré un soutien de 7 milliards d'euros (10 milliards de dollars canadiens) du gouvernement français et d'une promesse d'aide de 2 à 4 milliards d'euros (3 à 6 milliards de dollars canadiens) du gouvernement néerlandais, Air France-KLM doit sabrer sa flotte non seulement pour éviter la faillite, mais également pour respecter l'obligation de réduire ses émissions de CO2 de 50 % sur ses vols intérieurs en France d'ici 2024.

Car, outre son titre de plus gros avion de ligne du monde, l'A380 est aussi considéré comme l'un des avions de passagers les plus coûteux, polluants et énergivores sur le marché.

Muni de quatre gros réacteurs, l'appareil consomme de 20 à 25 % plus de carburant que ses concurrents de nouvelle génération. Un argument non négligeable pour un transporteur pratiquement à l'arrêt depuis trois mois qui cherche à rationaliser ses frais d'exploitation et à réduire ses pertes.

Face à la concurrence d’appareils plus petits, moins coûteux et plus maniables et à un carnet de commandes de moins en moins garni, la direction d’Airbus a de son côté dû se résoudre le 14 février 2019 à mettre fin à la production de l'A380.

Sept ans auparavant, en 2012, la direction d'Air France avait annoncé que ses A380 ne desserviraient plus l'aéroport Montréal-Trudeau en raison de la demande moindre qu'anticipée.

Lancé en 2005 en grande pompe par le constructeur européen Airbus, l'A380 n’aura finalement été en production qu’une quinzaine d’années, alors que l’appareil qu’il comptait concurrencer, soit le Boeing 747, est produit depuis 1968.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Transports

Économie