•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Québec confirme la reprise graduelle des soins dentaires, corporels et thérapeutiques

Encore une fois, les résidents du Grand Montréal et de Joliette devront prendre leur mal en patience.

Danielle McCann et Jean Boulet en conférence de presse.

Les autorités gouvernementales rappellent aux Québécois infectés ou qui présentent des symptômes de la COVID-19 de ne pas utiliser les services dont la reprise a été annoncée mercredi.

Photo : La Presse canadienne / Jacques Boissinot

Les Québécois pourront progressivement recommencer à voir leurs coiffeurs, leurs dentistes et leurs psychologues à compter du 1er juin.

C'est à partir de cette date que les entreprises et les travailleurs autonomes qui offrent des services personnels, thérapeutiques ou dentaires pourront graduellement rouvrir leurs portes, a confirmé le gouvernement Legault mercredi.

L'annonce, dont certains pans avaient déjà été révélés par Radio-Canada mardi soir, s'est tenue en après-midi devant la Tribune de la presse parlementaire en présence de la ministre de la Santé et des Services sociaux, Danielle McCann, du ministre du Travail, de l'Emploi et de la Solidarité sociale, Jean Boulet, et du conseiller médical stratégique Richard Massé.

Ces derniers ont donné leur feu vert à la reprise des services de soins dentaires et thérapeutiques sur tout le territoire québécois à compter du 1er juin. Les salons de toilettage pour animaux pourront aussi recommencer à accueillir les clients.

Ça va faire du bien à tout le monde.

Richard Massé, conseiller médical stratégique à la Direction générale de la santé publique du MSSS

En ce qui concerne les soins personnels et l'esthétique, ceux-ci seront également permis dès le 1er juin. Mais comme cela a été le cas de plusieurs autres secteurs, comme les écoles ou le commerce de détail, les résidents des 82 municipalités de la Communauté métropolitaine de Montréal (CMM) et de la MRC de Joliette n'auront pas accès à ces services.

Ils devront patienter, aucune date de réouverture n'ayant été établie, en raison de l'intensité de la pandémie de COVID-19.

Quant aux autres secteurs de l'économie qui attendent toujours le feu vert de Québec pour reprendre leurs activités, ils feront ultérieurement l'objet de communications spécifiques en ce qui a trait à leur réouverture et aux modalités entourant celle-ci, a expliqué le ministre Boulet.

C'est le cas des centres d'entraînement physique, qui resteront fermés jusqu'à nouvel ordre. Même chose pour les spas, qui pourront toutefois recommencer à offrir des soins corporels s'ils le désirent.

Les centres commerciaux demeureront également fermés pour encore quelque temps. D'ailleurs, l'annonce de mercredi ne s'applique pas aux entreprises de soins personnels qui s'y trouvent, comme les salons de coiffure. Tout comme pour le commerce de détail, seuls les établissements qui ont pignon sur rue pourront rouvrir leurs portes.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article

Reprise de certains services au Québec : entrevue avec Jean Boulet

Les consignes devront être respectées

Les entreprises de soins personnels, dentaires et thérapeutiques qui rouvriront dans les prochaines semaines devront prendre les mesures appropriées pour éviter la contagion, a averti le ministre Boulet.

Ainsi, un guide des bonnes pratiques (Nouvelle fenêtre) inspirées des recommandations de l'INSPQ sera disponible sur le site web de la Commission des normes, de l'équité, de la santé et de la sécurité du travail (CNESST).

Évidemment, toute personne présentant des symptômes liés à la COVID-19 devra s'abstenir de recevoir ces services et s'isoler à la maison, a souligné la ministre McCann.

Au moment de son rendez-vous, il ne faut pas avoir eu de fièvre depuis 48 heures ni aucun symptôme depuis 24 heures. Une personne qui a développé la COVID-19 doit attendre 14 jours avant un rendez-vous.

Danielle McCann, ministre de la Santé et des Services sociaux

De plus, tous les établissements devront limiter le nombre de personnes à l'intérieur et veiller à faire respecter la règle du deux mètres.

De l'équipement de protection individuelle pourrait être nécessaire si la prestation de service exige un rapprochement. Et c'est à l'employeur qu'incombera la responsabilité de s’approvisionner en conséquence, a fait savoir le ministre Boulet.

Il sera par exemple recommandé aux professionnels de la santé dentaire de porter un masque de type N95, a indiqué le Dr Massé. Les clients devront également se rincer la bouche avec un liquide antiseptique.

Règle générale, les professionnels devront désinfecter tout le matériel utilisé et les surfaces touchées par les clients. Ceux-ci ne se verront pas obligés de porter un couvre-visage, mais des entreprises du secteur privé pourraient l'exiger. Le gouvernement continuera pour sa part de le recommander fortement.

Quand ils sont dans des endroits publics avec une proximité étroite, on veut que les gens portent des couvre-visage, des masques artisanaux, parce qu'on pense que cela protège les autres personnes contre eux et vice-versa, a répété le Dr Massé.

La vice-première ministre Geneviève Guilbault avait déjà vendu la mèche, plus tôt dans la journée, lors d'une autre conférence de presse au cours de laquelle le gouvernement a clarifié les règles entourant les rassemblements extérieurs.

Mme Guilbault avait annoncé la reprise des services de soins dentaires et personnels pour le 1er juin, laissant toutefois aux ministres McCann et Boulet le soin de détailler le plan de déconfinement élaboré par Québec.

Secteurs qui pourront graduellement rouvrir le 1er juin :

  • Les cliniques de soins buccodentaires et centres dentaires;
  • Les entreprises du secteur des soins thérapeutiques (cliniques de physiothérapie, d’ostéopathie, d’ergothérapie, de chiropratique, de massothérapie, de psychologie, d’optométrie, d'acupuncture, de naturopathie, d’homéopathie, d’orientation de carrière, de travail social, de thérapie conjugale et familiale, de sexologie, d’autres formes de thérapie, de nutrition, d’orthophonie et d'audiologie, de podiatrie, d’autres formes de médecine douce ou alternative, etc.);
  • Les soins de toilettage pour animaux;
  • Les entreprises du secteur des soins personnels et de l’esthétique (salon de coiffure, barbier, centre d’esthétique, espace manucure et pédicure, services d’épilation, soins de la peau, tatouage, perçage, etc.).

Selon le ministre Boulet, 4000 entreprises sont actives dans le secteur des soins personnels, qui représentent un total de 49 000 emplois environ.

Avec les informations de La Presse canadienne

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !