•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Trudeau adopte le masque

Le premier ministre en a fait l'annonce tout juste avant que l'Agence de la santé publique du Canada ne confirme que le port d’un masque est désormais recommandé comme mesure de protection supplémentaire.

Le premier ministre Justin Trudeau avec un masque.

Le premier ministre du Canada Justin Trudeau porte un masque à son arrivée sur la colline du Parlement à Ottawa, le mercredi 20 mai 2020.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Justin Trudeau portera désormais un masque quand il ne pourra pas s'assurer d'être à plus de deux mètres de distance d'autres personnes.

Le premier ministre canadien en a fait l'annonce mercredi avant-midi, tout juste avant que l'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) annonce qu'elle recommande formellement d'agir de la sorte.

Chaque personne va prendre des décisions individuelles par rapport à [son] comportement, en suivant, on espère, les recommandations de santé publique, a-t-il déclaré en conférence de presse.

Pour moi, quand je me déplace dans les bâtisses du Parlement – j’y vais cet après-midi pour une séance – quand je me promène dans les couloirs ou que je me rends à mon siège en Chambre, je porterai un masque.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Arrivé à mon siège, parce que j'aurai deux mètres de distance avec mes collègues, je pourrai l’enlever, participer à la période de questions, et quand je quitterai, je vais remettre mon masque.

Le port du masque est considéré comme un bon moyen d'empêcher la propagation du coronavirus dans les lieux publics. Les experts martèlent cependant que le masque ne protège pas tant celui ou celle qui le porte que les gens qui l'entourent.

Nous savons tous que la meilleure façon de se protéger, c’est de garder les deux mètres de distance et de rester à la maison le plus possible. Mais dans les situations où on ne peut pas faire cela […], ça peut aider de porter un masque.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

Une nouvelle recommandation de l'ASPC

L'Agence de la santé publique du Canada (ASPC) a confirmé, moins d'une heure après, que le port d’un masque non médical ou d’un couvre-visage est désormais recommandé comme mesure de protection supplémentaire lorsque la distanciation physique n'est pas possible. Il était jusqu'ici suggéré.

L'administratrice en chef de l'agence, la Dre Theresa Tam, a expliqué que le changement d'approche s'explique par le fait que l'économie est graduellement relancée dans les provinces et que de plus en plus de gens sortent de chez eux, notamment en prenant les transports en commun.

Jusqu’à ce qu’un vaccin ou un traitement efficace soit largement accessible, notre objectif doit être d’assurer un équilibre délicat entre les risques directs associés à l’activité épidémique de la COVID-19 et les conséquences sanitaires, sociales et économiques inattendues, a-t-elle dit.

Je pense qu’il s’agit là d’une question de protection réciproque. Les Canadiens doivent se dire : je vous protège, et vous me protégez. C’est un concept clé.

Dre Theresa Tam, administratrice en chef de l'ASPC

Il n'est cependant pas question de rendre le port du masque obligatoire. Il reviendra à chaque province d'ajuster ses recommandations en fonction de la situation sur son territoire. Au Québec, par exemple, le port du masque est fortement recommandé depuis la semaine dernière.

La Dre Tam a toutefois laissé entendre qu'à défaut d'imposer une obligation formelle, la pression populaire pourra faire une partie du travail. Selon certaines recherches sur l'opinion publique, les Canadiens portent plus le masque, et un virage social et culturel est en train de se produire, a-t-elle dit. Je pense que c'est formidable.

L'ASPC souligne que le port du masque ne remplace pas les autres mesures de protection déjà en vigueur, comme le maintien d'une distance de deux mètres avec toute autre personne ou le lavage des mains. Le port du masque médical (N95) doit demeurer réservé au personnel de la santé, répète l'agence.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique