•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Toutes les résidences du KRTB pourraient bientôt avoir accès à Internet haute vitesse

Une prise permettant d'accéder à Internet.

Une prise permettant d'accéder à Internet (archives).

Photo : Shutterstock/Denis Rozhnovsky

Les résidents du KRTB qui n'ont toujours pas Internet haute vitesse pourraient bientôt y avoir accès grâce à un projet de l'entreprise Vidéotron.

À la demande des MRC de Kamouraska, de Rivière-du-Loup, du Témiscouata et des Basques, Vidéotron compte déposer le 1er juin une demande de projet au Fonds pour la large bande du Conseil de la radiodiffusion et des télécommunications canadiennes (CRTC) afin de connecter les résidences de ces MRC qui n’ont toujours pas accès à Internet à haut débit.

Vidéotron est actuellement en quête d’appuis en provenance des municipalités et des MRC pour aller de l'avant avec le projet.

L'entreprise indique par courriel que ses administrateurs ont la forte volonté de connecter les régions du Québec et qu’ [ils] saisiront toute opportunité qui [leur] sera offerte.

De leur côté, les élus des quatre MRC du territoire veulent démontrer l’importance du projet pour l’ensemble des citoyens. Ils font donc front commun auprès de Vidéotron et du CRTC pour démontrer son bien fondé.

La MRC du Témiscouata est l’instigatrice de la demande. La préfète Guylaine Sirois indique que 11 municipalités sur 19 n’ont pas accès à l’Internet haute vitesse.

Dans la MRC de Kamouraska, l’appui des municipalités est d'ailleurs unanime. 14 des 17 municipalités du territoire ont déjà manifesté leur intérêt. L'accord des trois autres n'a pas encore été officiellement donné, mais il s'agirait d'une simple formalité.

Les municipalités du haut pays de Kamouraska, telles que la municipalité de Mont-Carmel, font partie de celles qui sont mal desservies selon le préfet de la MRC de Kamouraska, Yvon Soucy.

Ville de Mont-Carmel, au Bas-Saint-Laurent

Ville de Mont-Carmel, au Bas-Saint-Laurent (archives)

Photo : Radio-Canada / Patrick Bergeron

S’il est retenu, le projet de Vidéotron permettrait de connecter l’entièreté des résidences de la MRC de Kamouraska, explique-t-il.

Internet, un outil essentiel pour le télétravail

Connecter les ménages de la région devient primordial durant la pandémie de la COVID-19, selon le préfet de la MRC de Kamouraska . M. Soucy estime qu'il est urgent de rendre cette technologie disponible à tous.

Le télétravail étant fortement encouragé dans la situation actuelle, la couverture cellulaire et Internet est un service essentiel. C’était déjà problématique avant, mais on a en pris encore plus conscience aujourd’hui. Se brancher à Internet, c’est comme l’électrification dans les années 40, mentionne-t-il.

On ne peut pas imaginer développer des communautés sans avoir la connexion haute vitesse. C’est un peu comme un non-sens.

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska

La mairesse de Saint-Joseph-de-Kamouraska, Nancy Saint-Pierre, abonde dans le même sens. Moi j’ai espoir que la situation actuelle démontre qu’il y a de l’insatisfaction. La COVID-19 va permettre aux municipalités qui ont moins de services de dire : j’existe!

Yvon Soucy

Yvon Soucy, préfet de la MRC de Kamouraska (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Le préfet de la MRC de Kamouraska admet que l’Internet à haut débit fait partie des critères d’attractivité d’une région. Avec les obligations de distanciation physique qui viennent d’apparaître et qui ne sont pas prêtes à disparaître de si tôt, la ruralité devient plus attrayante, estime-t-il.

On propose un mode de vie moins restrictif puisque c’est plus facile de respecter la distanciation sociale ici qu’au centre-ville de Montréal ou de Québec, croit-il. Une couverture cellulaire et Internet adéquate et fiable s’avérerait donc un avantage pour la région dans le contexte actuel.

L’accès au réseau cellulaire et à l’Internet haute vitesse pose encore problème sur plusieurs portions du territoire de l’Est-du-Québec, mais aussi dans le reste du Québec. Selon les chiffres du gouvernement, 240 000 ménages partout à travers la province étaient toujours privés de l’Internet haute vitesse en 2019.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Bas-Saint-Laurent

Politique municipale