•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Moteurs truqués : deux hauts dirigeants de Volkswagen évitent un procès

Volkswagen a déjà payé 30 milliards d’euros (45,6 milliards de dollars) dans l’affaire du « dieselgate ».

Gros plan d'un moteur de voiture portant le logo de la marque Audi.

Le moteur diesel V6 3,0 litres d'une Audi A7 Sportback 2013. Ce type de moteur équipé de logiciels de manipulation des émissions polluantes a été installé dans des dizaines de milliers de véhicules Volkswagen, Audi et Porsche.

Photo : Associated Press / Christoph Schmidt

Agence France-Presse

La justice allemande a mis fin, contre un paiement de 9 millions d'euros (13,7 millions de dollars), à une procédure pour manipulation des marchés financiers liée au « dieselgate », qui visait le directeur de Volkswagen, Herbert Diess, et le président du conseil de surveillance, Hans Dieter Pötsch, a annoncé mardi le constructeur allemand.

Le conseil de surveillance salue la fin de la procédure du parquet de Brunswick (Nord) visant les deux plus hauts dirigeants du groupe Volkswagen, qui étaient depuis septembre 2019 dans l'antichambre d'un procès dans le contexte du scandale des moteurs diesels truqués, a indiqué un porte-parole.

Le groupe a accepté de prendre en charge le paiement, car il n'a pas décelé de manquements aux devoirs envers l'entreprise de la part de MM. Diess ou Pötsch, qui étaient accusés d'avoir informé trop tard les investisseurs de la fraude sur les voitures diesels.

Les conseillers juridiques et les représentants de l'entreprise sont de l'avis que les accusations contre M. Pötsch et M. Diess sont sans fondement.

Extrait de la déclaration du groupe Volkswagen

Il est dans l'intérêt du groupe de mettre fin à ces procédures, a ajouté le porte-parole.

À la fin de septembre dernier, le parquet avait renvoyé devant un juge les deux dirigeants pour manipulation de cours boursiers, aux côtés de l'ancien patron Martin Winterkorn, déjà renvoyé pour fraude aggravée.

D’autres procédures en cours

L'accord ne couvre pas l'ex-PDG Martin Winterkorn, dont les avocats, sollicités par l'AFP, n'ont pas répondu dans l'immédiat.

M. Pötsch reste visé par une enquête du parquet de Stuttgart pour manipulation des marchés. L'ancien patron de la marque Audi, Rupert Stadler, attend aussi un procès.

Le scandale a éclaté en septembre 2015, quand, après des accusations de l'agence environnementale américaine (EPA), Volkswagen a reconnu avoir truqué 11 millions de véhicules avec un logiciel capable de les faire apparaître moins polluants lors de tests en laboratoire que sur les routes.

Le cours de la bourse avait alors plongé en quelques jours.

Herbert Diess, actuel PDG du groupe, était alors directeur de la marque VW. M. Pötsch était directeur financier du groupe sous M. Winterkorn.

Volkswagen a payé d’importantes sommes

Un plan rapproché de Herbert Diess, directeur de Volkswagen en 2017.

Herbert Diess, le directeur de Volkswagen en 2017

Photo : Reuters / Fabian Bimmer

Le dieselgate a déjà coûté plus de 30 milliards d'euros (45,6 milliards de dollars) au constructeur allemand, qui tente depuis de redorer son image en misant sur la voiture électrique.

L'essentiel de cette somme – frais juridiques, amendes et dédommagements – a pour l'heure été déboursé aux États-Unis, notamment pour généreusement indemniser les clients de la reprise de leurs véhicules.

En Allemagne, le constructeur a payé trois amendes totalisant 2,3 milliards d'euros (3,5 millions de dollars).

À la fin d'avril, un autre volet judiciaire de ce scandale tentaculaire s'est refermé : dans le cadre d'un accord à l'amiable, Volkswagen déboursera au moins 750 millions d'euros (1,14 milliard de dollars) pour rembourser 235 000 clients regroupés dans un procès sans précédent en Allemagne, similaire à une action collective à l'américaine (class action).

Des investisseurs réclament toutefois encore un dédommagement dans le cadre d'une procédure groupée ouverte en septembre 2018 et qui doit durer encore plusieurs mois.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Fraude

Justice et faits divers