•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Réouverture partielle des parcs de la Sépaq : la planification est de mise

Le Pic de la tête de chien ne laisse pousser que des petits végétaux incrustés dans la roche.  Il donne accès à un panorama exceptionnel sur la région.

Le Pic-de-la-Tête-de-Chien au parc national des Monts-Valin.

Photo : Radio-Canada / Gilles Munger

Radio-Canada

Les parcs et les réserves fauniques de la Société des établissements de plein air du Québec (Sépaq) sont maintenant partiellement accessibles. Les randonneurs, cyclistes et pêcheurs doivent toutefois payer leur droit d’entrée, en ligne, avant de s’y déplacer.

Alors que les beaux jours s’amènent, la reprise de quelques activités – la randonnée, le vélo et la pêche – dans la vingtaine de parcs nationaux au Québec arrive à point.

Les amateurs de plein air devront s’ajuster à une nouvelle réalité : les salles de toilettes et les bâtiments seront hors service. De plus, la Sépaq demande aux visiteurs de se rendre sur son site web pour payer leur droit d’entrée avant leur venue.

Ils devront être en mesure de montrer leur preuve d’achat quand quelqu’un du site le demande. Ça peut être à l’entrée ou plus loin sur le site, prévient Simon Boivin, porte-parole de la Sépaq.

Des gardes-parc seront présents sur les sites, par contre, ils seront moins nombreux, puisque les parcs ne rouvrent que partiellement.

Il ne faut pas oublier que ça se fait dans le cadre des consignes données par la santé publique, ajoute-t-il.

Les parcs étaient fermés au public depuis le 20 mars.

Un homme et une femme pêchent dans une chaloupe.

La réserve faunique du Saint-Maurice est l'un des établissements de la Sépaq qui pourront partiellement reprendre leurs activités à compter du 20 mai.

Photo : SÉPAQ

Sens uniques et matériel de protection

Dans plusieurs parcs nationaux, les sentiers en boucle ont été transformés en sens unique pour éviter un maximum de contacts entre les randonneurs.

C'est le cas dans le Parc national de la Jacques-Cartier, dirigé par André Rouleau. Il n'y a aucun bâtiment d'ouvert, c'est vraiment uniquement les sentiers. Alors les gens se présentent ici avec leur autorisation d'accès achetée en ligne et il y a de l'information pour les diriger vers les sentiers qui sont ouverts, précise le directeur.

André Rouleau, directeur du Parc national de la Jacques-Cartier

André Rouleau, directeur du Parc national de la Jacques-Cartier

Photo : Radio-Canada

Tous les employés, bien que le parc fonctionne à effectif réduit, ont aussi été formés sur les précautions à prendre sur leur lieu de travail. Dans les situations, plutôt rares, où ils ne pourront pas respecter une distance de deux mètres entre eux, ils devront notamment porter un masque et une visière.

Le principe qui nous guide dans la réouverture, c'est la sécurité de nos employés. Il y a eu beaucoup de travail de fait pour mettre en place des mesures de sécurité et pour assurer la formation de nos gens de façon à ce qu'il puisse revenir au travail de façon sécuritaire.

Pas de déplacement entre les régions

La Sépaq s’attend aussi à ce que les amateurs de plein air respectent les consignes concernant l’interdiction de se déplacer d’une région à l’autre, sauf pour des déplacements essentiels.

Simon Boivin comprend, par exemple, que les gens de l’île de Montréal aient hâte, eux aussi, de faire des activités dans les parcs nationaux.

On s’en remet à la santé publique pour cet aspect, nous ce qu’on dit, c’est qu’il faut éviter les déplacements d’une région à une autre, souligne le porte-parole.

Pour le moment, il est impossible de quantifier le nombre de personnes qui vont profiter de cette réouverture partielle mercredi.

Même si le camping n’est pas encore autorisé, la Sépaq a commencé à prendre les réservations pour l’an prochain.

L’engouement était monstre, affirme Simon Boivin.

Il estime que les visiteurs seront donc heureux de se réapproprier les grands espaces.

On va continuer de s’adapter aux consignes de santé publique pour la suite des choses, conclut-il.

Du côté de Parcs Canada, le gouvernement fédéral a indiqué qu’il y aura une réouverture partielle des lieux dès le 1er juin.

Avec les informations de Jean-Sébastien Cloutier

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !