•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les chefs et les maires de l’île Manitoulin dénoncent des propos racistes

Deux personnes à côté d’un véhicule immobilisé.

Les dirigeants de l'île Manitoulin demandent à la population de continuer à respecter les consignes sur les déplacements et à demeurer courtois.

Photo : CBC/Erik White

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les membres du comité de coordination des dirigeants de Manitoulin ont condamné de façon unanime des déclarations racistes en lien avec des restrictions de déplacement dans certaines communautés de l’île.

Le comité a été créé pour mieux concerter les efforts dans la lutte contre la pandémie de COVID-19, après que quelques Premières Nations et municipalités eurent commencé, fin avril, à limiter les déplacements non essentiels sur leur territoire.

Ces restrictions pour les non-résidents ont généré du mécontentement, que certaines personnes ont exprimé par des propos racistes envers les Autochtones, même s’ils ne sont pas les seuls à imposer des restrictions.

Un homme tient un panneau de signalisation sur lequel est inscrit « stop », à un point de surveillance.

La communauté autochtone M'Chigeeng demande systématiquement aux automobilistes de s’immobiliser sur la route provinciale 551 et de montrer des documents prouvant que le déplacement est essentiel.

Photo : CBC/Erik White

Le député provincial d’Algoma—Manitoulin, Michael Mantha, affirme que les propos ne reflètent pas l’état habituel des relations entre les communautés de l’île. Il note que beaucoup de ces propos proviennent de visiteurs et de propriétaires de chalet.

Les maires et les chefs des communautés autochtones voulaient éteindre le feu, raconte-t-il. On voulait envoyer un message positif.

Les dirigeants de l’île Manitoulin ont à cœur de comprendre chacune des communautés et, même lorsqu’il est impossible de parvenir à un accord, ils s’engagent à débattre de manière respectueuse et constructive, peut-on lire dans un communiqué envoyé par le comité.

« Les maires et les chefs autochtones travaillent ensemble pour le bien-être et la santé de tous les gens sur l’île Manitoulin. »

— Une citation de  Michael Mantha, député provincial d'Algoma—Manitoulin

Le comité tenait mardi sa troisième rencontre. Celle-ci a été présidée par le maire de Northeastern Manitoulin and The Islands, Al MacNiven.

Moins de visiteurs

Les membres du comité ont tous constaté que moins de personnes que les années précédentes ont visité l’île pendant la longue fin de semaine de mai.

M. Mantha note que les chefs et les maires sont reconnaissants de constater que les résidents et les gens de l'extérieur de l’île ont de façon générale respecté les consignes.

Le député ajoute que les visiteurs et les propriétaires de chalet continueront d’être accueillis à bras ouverts comme par le passé lorsque la crise sera terminée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !