•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Écrasement d'un CH-148 en Méditerranée : les recherches menées par grande profondeur

Un hélicoptère se pose sur un navire en mer.

Un hélicoptère CH-148 Cyclone s’exerce aux procédures d’appontage sur le NCSM Halifax, sur les côtes de la Nouvelle-Écosse, le 27 janvier 2016.

Photo : Forces armées canadiennes / Matelot de 3e classe Raymond Kwan

Les Forces canadiennes ont dû faire appel à la marine américaine pour tenter de retrouver la carcasse de l'hélicoptère Cyclone qui s’est abîmé en mer le 29 avril dans une zone de plus de 3000 mètres de profondeur. Les recherches se poursuivront aussi longtemps qu’il le faudra, assure le commandement canadien.

Selon le lieutenant-général Mike Rouleau, qui a rencontré les médias mardi lorsque l’hélicoptère de la Marine royale canadienne s’est écrasé dans la mer au large de la Grèce, des recherches ont aussitôt été lancées par tous les bâtiments et aéronefs disponibles dans le secteur.

L’appareil rentrait d’une patrouille de surveillance dans le cadre d’une mission de l’OTAN lorsqu’il s’est abîmé en Méditerranée près de la frégate Fredericton.

Peu de temps après l’écrasement, les recherches ont permis de récupérer quelques débris et le corps de l’enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough, qui a été rapatrié le 6 mai dernier. Quelques jours plus tard, soit le 9 mai, une partie du corps du capitaine Brenden Ian MacDonald a été formellement identifiée.

Depuis, les recherches n’ont permis de retrouver aucun des quatre autres membres d’équipage de l’hélicoptère qui exerçaient leurs activités à partir de la frégate Fredericton. Le capitaine Kevin Hagen, le capitaine Maxime Miron-Morin, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke et le caporal‑chef Matthew Cousins manquent toujours à l’appel.

De gauche à droite : le capitaine Brenden Ian MacDonald, l'enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough, le capitaine Kevin Hagen, le capitaine Maxime Miron-Morin, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke et le caporal-chef Matthew Cousins.

De gauche à droite : le capitaine Brenden Ian MacDonald, l'enseigne de vaisseau de 1re classe Abbigail Cowbrough, le capitaine Kevin Hagen, le capitaine Maxime Miron-Morin, l’enseigne de vaisseau de 1re classe Matthew Pyke et le caporal-chef Matthew Cousins.

Photo : La Presse canadienne

Bien que l’hélicoptère soit tombé en mer à quelques kilomètres seulement du NCSM Fredericton, le fait qu’il se soit abîmé dans une zone de plus de 3000 mètres de profondeur complique les choses, a précisé le lieutenant-général Rouleau.

Cette distance empêche les plongeurs et sous-marins conventionnels d’atteindre la carcasse du Cyclone où pourraient se trouver les corps des autres membres d’équipage et de précieux indices qui permettraient de découvrir les raisons de l’écrasement de cet appareil ultramoderne.

C’est pour cette raison que la Défense a sollicité l’aide de la marine américaine pour poursuivre les recherches. Celle-ci dispose de technologies qui peuvent intervenir dans de telles profondeurs.

Les premières équipes américaines de recherche par grande profondeur ont été déployées sur le lieu des recherches le 15 mai dernier.

En précisant qu’aucune limite de temps ou d’argent n’a été fixée, le lieutenant-général Rouleau a assuré les proches des disparus que les recherches se poursuivront jusqu’à ce qu’ils aient pu retrouver et repêcher tout ce qu’ils peuvent.

L’officier de haut rang a aussi affirmé que la mission de recherche demeure entièrement sous l'égide du Canada, malgré la participation de la marine américaine aux opérations.

En ce qui a trait aux circonstances de l’écrasement du CH-148, le lieutenant-général Rouleau a déclaré qu’une enquête du directeur de la sécurité des vols se poursuivait.

Une enquête interne non judiciaire a aussi été ordonnée pour documenter les circonstances de l’écrasement et déterminer les causes possibles qui pourraient viser la maintenance de l’appareil. L’équipe d’enquêteurs doit être constituée cette semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Relations internationales

International