•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

États-Unis : le secrétaire au Trésor plaide pour la réouverture des entreprises

Les deux hommes sont assis, et Jerome Powell gesticule.

Le président de la Réserve fédérale américaine, Jerome Powell (à gauche), discute avec le secrétaire au Trésor, Steven Mnuchin. (Archives)

Photo : Reuters / Kim Kyung Hoon

Radio-Canada

Témoignant devant un comité du Sénat, le secrétaire au Trésor des États-Unis, Steven Mnuchin, a défendu la réponse économique de l'administration Trump à la pandémie et plaidé pour la réouverture des entreprises.

Faisant écho au message martelé depuis plusieurs semaines par la Maison-Blanche, M. Mnuchin a soutenu que l'économie pourrait subir des conséquences négatives si les élus n'agissaient pas rapidement pour rouvrir les entreprises.

Il existe un risque de dommages permanents, a-t-il soutenu alors qu'il comparaissait par visioconférence en même temps que le président de la Réserve fédérale Jerome Powell, devant le comité du Sénat sur les banques, le logement et les affaires urbaines.

Combien de travailleurs devraient donner leur vie pour augmenter notre [produit intérieur brut] de 0,5 %?, lui a lancé le sénateur démocrate Sherrod Brown.

Aucun travailleur ne devrait donner sa vie pour cela, Monsieur le Sénateur, et je pense que votre caractérisation est injuste, a répondu M. Mnuchin, qui a souligné l'importance qu'une éventuelle réouverture se fasse de manière équilibrée et sans danger.

Récemment, le président Donald Trump, qui presse les États d'effectuer un retour à la normale, a admis que le déconfinement occasionnerait probablement plus de morts, mais il a insisté sur la nécessité de relancer l'économie.

Des experts, dont l'épidémiologiste en chef de la Maison-Blanche, Anthony Fauci, craignent cependant une levée trop rapide des restrictions en raison du risque d'une nouvelle flambée de contagion.

S'adressant aux journalistes depuis la Maison-Blanche, où il présidait une rencontre avec les membres de son Cabinet, le président a réitéré son plaidoyer pour l'ouverture du pays.

Sans mesures de confinement, le nombre de morts aurait probablement été 20 ou peut-être 25 fois plus important, a-t-il argué sans citer les sources sur laquelle il fondait ses estimations.

Donc, nous avons fait ce qu'il fallait, mais maintenant nous devons reprendre le travail. Nous voulons ouvrir [l'économie], les gens veulent ouvrir [l'économie], a-t-il déclaré, prédisant une année 2021 incroyable sur le plan économique.

La COVID-19 n'est pas un problème important pour certaines régions du pays, voire n'est pas du tout un problème, a-t-il soutenu.

Avec plus de 93 000 morts et près de 1,6 million de cas officiellement déclarés, le pays est de loin le plus touché par la pandémie.

La quasi-totalité des États ont amorcé leur déconfinement et, d'ici mercredi, c'est l'ensemble des 50 États qui auront allégé leurs restrictions.

Un ralentissement avant l'embellie

Souvent critiqué par le président qui l'a nommé, M. Powell s'est lui aussi inquiété devant les sénateurs des répercussions économiques à long terme, mais il a suggéré l'octroi d'une aide fiscale aux États et aux entreprises plus importantes.

Il a aussi appelé le Congrès à approuver davantage de programmes gouvernementaux afin d'assurer une croissance économique.

Le secrétaire Mnuchin a pour sa part indiqué qu'il travaillait toujours à mettre en place les programmes autorisés il y a deux mois.

L'économie continuera à s'affaiblir, au moins à court terme, a-t-il en outre avancé. Je pense que les chiffres de l'emploi vont empirer avant de s'améliorer, a-t-il dit, en ajoutant qu'il prévoyait une amélioration des conditions économiques au cours des troisième et quatrième trimestres de cette année.

La sénatrice démocrate Elizabeth Warren a par ailleurs reproché à l'administration Trump de ne pas exiger des entreprises qui reçoivent des fonds fédéraux atteignant des millions de dollars [issus] de l'argent des contribuables qu'elles maintiennent les emplois de leurs travailleurs.

Vous aidez vos copains de Wall Street et vous négligez le peuple américain, a-t-elle affirmé.

M. Mnuchin a de nouveau déploré une caractérisation très injuste et a allégué que le maintien des emplois était prioritaire aux yeux de l'administration Trump. Il a précisé que les entreprises qui reçoivent des prêts doivent se soumettre à certaines restrictions, mais n'a pas voulu s'engager à ce que la protection des salaires soit liée à l'obtention de ces prêts par les grandes entreprises.

Avec les informations de Washington Post, New York Times, CNN, et AFP

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International