•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« Vous êtes en train de nous achever », dit un syndicat d'infirmières

Des manifestants portant un masque chirurgical crient des slogans dans des cônes rouges.

Des infirmiers et infirmières affiliés à la FIQ ont respecté la distanciation physique lors de leur manifestation.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Quelques dizaines d’infirmières se sont présentées devant les bureaux du premier ministre à Québec, mardi, pour dénoncer la suspension prolongée de plusieurs aspects de leur contrat de travail, notamment le droit aux vacances.

Si on veut être capables de donner les soins, d'opérer nos patients, il faut minimalement redonner un moment de répit à nos professionnels en soins. C'est les vacances, mais aussi leur redonner leurs conditions de travail, dénonce la présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), Nancy Bédard.

Elle estime que les infirmières ont tout donné pour lutter contre la COVID-19. À l’heure où le gouvernement déconfine graduellement l’économie, surtout à l’extérieur de la grande région de Montréal, elle presse la ministre de la Santé de rendre leurs droits aux travailleurs.

Tout le monde savait que nos conditions de travail étaient déjà lamentables. Maintenant, elles sont insoutenables.

Nancy Bédard, présidente de la FIQ
Une femme tient un porte-voix en bandoulière devant des manifestants masqués respectant la distanciation physique.

Des infirmiers et infirmières associés à la FIQ ont manifesté devant les bureaux du premier ministre cet avant-midi.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Armés de porte-voix, et installés à deux mètres les uns des autres, les manifestants ont réussi à tout le moins à attirer l’attention de la ministre, qui est allée à leur rencontre.

On va aller au maximum pour les vacances. C'est certains qu'on va aller au maximum de ce qu'on peut faire, a déclaré Danielle McCann, tout en notant que les besoins de personnel étaient toujours criants dans le réseau, notamment en raison des milliers de travailleurs absents.

La FIQ ajoute qu’elle prend bien la mesure de la situation, plus critique, dans la grande région de Montréal et qu’elle serait prête à conclure des ententes particulières pour assurer que les travailleurs seront présents en nombre suffisant.

Un contenu vidéo est disponible pour cet article
La ministre de la Santé Danielle McCann, masquée, s'adresse aux manifestants.

La présidente de la FIQ, Nancy Bédard, s'est adressée directement à Danielle McCann

Photo : Radio-Canada

Déception du premier ministre

Au début du point de presse de 13 h, mardi, le premier ministre François Legault s'est adressé aux membres de la FIQ.

Tantôt, ils ont manifesté et ça me déçoit. Ils veulent augmenter le ratio, le nombre d'infirmières. On a augmenté le nombre de postes, mais beaucoup sont restés non comblés, a-t-il mentionné.

François Legault a ajouté être prêt à travailler sur des solutions, pour que le réseau fonctionne et que les conditions de travail soient moins difficiles.

Ça devrait se faire dans des discussions plutôt que devant mon bureau.

Les manifestants et manifestantes de la FIQ ont défilé devant les bureaux du premier ministre.

Les manifestants et manifestantes de la FIQ ont défilé devant les bureaux du premier ministre. La Fédération représente 76 000 membres infirmières, infirmières auxiliaires, inhalothérapeutes et perfusionnistes cliniques au Québec.

Photo : Radio-Canada / Pascal Poinlane

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !