•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Andrew Scheer conservera sa citoyenneté américaine

Andrew Scheer s'adresse aux journalistes.

Le chef intérimaire du Parti conservateur du Canada, Andrew Scheer, avait promis publiquement en campagne électorale de renoncer à sa double citoyenneté.

Photo : The Canadian Press / Adrian Wyld

Radio-Canada

Malgré le fait d'avoir promis en campagne électorale de se départir de sa double citoyenneté, le chef intérimaire conservateur Andrew Scheer a finalement décidé de garder sa nationalité américaine dans la mesure où il ne deviendra pas premier ministre.

Questionné en point de presse sur cette promesse qu’il avait faite l’an dernier en campagne électorale, Andrew Scheer a confirmé qu’il avait en effet mis un terme au processus de renonciation à sa citoyenneté américaine, puisqu'il ne deviendra pas premier ministre et qu'il se retirera bientôt de la direction du Parti conservateur.

Ma décision était que si je devenais premier ministre, je renoncerais à ma citoyenneté américaine. C’est un geste que j’estimais important. Mais puisque je ne serai pas premier ministre, j’ai mis fin au processus [de renonciation].

Andrew Scheer, chef intérimaire du Parti conservateur du Canada

Au début d'octobre 2019, le chef conservateur qui tentait à l’époque de l’emporter sur les libéraux lors des élections fédérales avait expliqué qu’il est né au Canada, mais qu’il est en effet détenteur de la citoyenneté américaine, héritée de son père qui est né aux États-Unis.

Andrew Scheer avait annoncé à l’époque qu’il avait entrepris dès le mois d’août 2019 des démarches auprès du gouvernement américain pour renoncer à cette double citoyenneté s'il était appelé à gouverner le Canada.

Rappelons qu’Andrew Scheer avait reproché par le passé sa double nationalité à l’ex-gouverneure générale du Canada, Michaëlle Jean, qui avait finalement dû se départir de sa citoyenneté française pour exercer ses fonctions officielles.

Les conservateurs avaient aussi par le passé attaqué l'ancien chef néo-démocrate Thomas Mulcair et l'ancien chef libéral Stéphane Dion sur le fait qu’ils détenaient tous deux une double citoyenneté, française et canadienne.

Tout va apparemment bien au caucus conservateur

Le chef intérimaire s’est aussi fait demander quelques explications sur la situation au sein de son caucus, en proie depuis des semaines à la division et aux luttes intestines.

La situation serait à ce point sérieuse que des conservateurs influents, dont Jenni Byrne, ex-conseillère du premier ministre Stephen Harper, ont demandé au caucus de remercier Andrew Scheer et de placer quelqu’un d’autre à la tête du parti jusqu’à l’élection d’un nouveau chef, dans trois mois.

Sans commenter l'atmosphère qui règne dans les rangs conservateurs, Andrew Scheer a assuré qu’il bénéficie toujours de la confiance du caucus qui lui a confié les commandes du parti jusqu’à la fin de la course à la direction et qu’il compte mener ce travail jusqu’au bout.

Je peux donner au caucus et au parti la stabilité dont ils ont besoin pendant cette élection, a-t-il déclaré.

Le prochain chef va avoir un caucus uni, concentré et dynamique. Plus de sièges que ce qu’on a eu dans le dernier Parlement et un parti prêt à remporter les prochaines élections.

Andrew Scheer, chef intérimaire du Parti conservateur du Canada

Or, de nombreuses voix se sont élevées chez les conservateurs ces derniers mois pour dénoncer le manque de leadership de M. Scheer et l’absence de cohésion dans les rangs conservateurs. Des membres du caucus se regroupent autour des candidats à la direction Peter MacKay et Erin O’Toole, tandis que les autres députés font cavalier seul.

La campagne à la direction du Parti conservateur avait été interrompue le 26 mars dernier en raison de la pandémie de coronavirus qui a paralysé le pays. Elle a par la suite repris avec des règles adaptées à la situation. L’élection du prochain chef conservateur se fera donc par bulletin postal et le dépouillement sera tenu à compter du 21 août.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique