•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des mesures environnementales fédérales repoussées en raison de la pandémie

Une poubelle est pleine de gobelets et de pailles en plastique.

L'interdiction des articles en plastique à usage unique, prévue pour 2021, pourrait devoir être retardée en raison de la pandémie.

Photo : iStock / Boyloso

La Presse canadienne

Même si le gouvernement fédéral demeure « déterminé à respecter ses promesses environnementales », les efforts visant à freiner la propagation de la COVID-19 ralentissent la capacité du Canada à réaliser certains de ses objectifs, reconnaît le ministre de l'Environnement, Jonathan Wilkinson.

Nous continuons à travailler sur un certain nombre de mesures, mais il y en a que nous devons retarder, indique ce dernier.

Interdiction des plastiques repoussée

La pandémie bouleverse le plan fédéral visant l’interdiction de l’utilisation de plastique à usage unique.

En janvier, Environnement Canada a publié une ébauche d'évaluation scientifique confirmant que les plastiques sont nocifs pour l'environnement, une première étape vers l'objectif d’interdire certains produits à partir de 2021.

Une bouteille d'eau flottant sur l'eau

Une nouvelle étude internationale laisse entendre que l'océan de plastique flottant au milieu du Pacifique Nord est beaucoup plus vaste que prévu.

Photo : iStock

Bien que le gouvernement ait toujours l'intention d’instaurer l'interdiction de certains plastiques, le ministre admet qu'il ne peut plus dire quand cela aura lieu.

Il est difficile de savoir exactement comment tout cela va se régler compte tenu de l'incertitude actuelle, mais nous avons l'intention d'aller de l'avant avec l'interdiction des plastiques, dit Jonathan Wilkinson.

L’implantation de nouvelles normes sur les carburants liquides, qui devaient entrer en vigueur le 1er janvier 2022, a également été repoussée à une date indéterminée en 2022. Le règlement proposé devait être publié ce printemps. Or, il ne sera connu qu’à l’automne.

Le ministre Jonathan Wilkinson à son arrivée à la cérémonie d'assermentation à Ottawa.

Le Canada demeure déterminé à atteindre ses objectifs, soutient le ministre fédéral de l'Environnement, Jonathan Wilkinson.

Photo : La Presse canadienne / Adrian Wyld

Le premier ministre Justin Trudeau a annoncé en décembre que le nouveau plan climatique du Canada serait prêt à temps pour les rencontres des Nations unies sur le climat, qui devaient se tenir en novembre 2020 en Écosse. Celles-ci ont toutefois été reportées à 2021.

Les pays signataires de l’Accord de Paris devaient revoir à la hausse leurs objectifs d'émissions de gaz à effet de serre cette année. Seuls sept pays l'ont fait jusqu’à présent, et le Canada admet qu’il pourrait ne pas y parvenir d’ici l’automne. Mon intention est de présenter le plan climatique actualisé dès qu'il sera raisonnable de le faire, affirme M. Wilkinson.

Pour le moment, nous devons nous concentrer sur la lutte contre le virus, mais notre intention et notre engagement dans le dossier climatique restent très fermes.

Jonathan Wilkinson, ministre de l'Environnement

L'urgence d'agir

Le groupe de défense environnementale Greenpeace Canada espère que les retards ne seront pas trop importants.

Nous attendons depuis longtemps de voir les mots et les promesses électorales se concrétiser, soutient la directrice de la campagne des océans et des plastiques de l’organisation, Sarah King.

Un retard est problématique parce que, chaque jour qui passe, chaque semaine qui passe, chaque mois qui passe, des milliards de morceaux de plastique entrent sur notre marché. Il faut régler cette question de façon urgente, dit Sarah King.

Avec les informations de Mia Rabson

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Pollution

Environnement