•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les appels au secours des proches aidants explosent en raison de la COVID-19

Une proche aidante tient la main d'une personne âgée.

Les proches aidants pourront revoir leurs parents.

Photo : iStock

Le service Info-aidant a connu une augmentation sans précédent de demandes durant la pandémie de COVID-19, signe que les personnes s'occupant d'un proche en CHSLD ou à domicile sont épuisées et désemparées, selon l'Appui, qui gère cette plateforme d'écoute et de référence professionnelle.

L'Appui affirme que le service Info-aidant  (Nouvelle fenêtre)a été sollicité 73 % de plus en avril qu'à la même période l'an passé.

Nous avions déjà observé une augmentation en mars 2020 par rapport à l’an passé, dit Geneviève Gravel, coordonnatrice du service dans un communiqué, et en avril les besoins ont explosé.

Les aidants naturels qui ont recouru au service confidentiel et gratuit d'Info-aidant avaient besoin d'information et manifestaient un grand désarroi, selon Guillaume Joseph, directeur général de l’Appui.

Les aidants dont le proche est hébergé dans un Centre d'hébergement de soins de longue durée (CHSLD) ont notamment souffert de ne pas pouvoir faire de visites. Le gouvernement de François Legault leur a par la suite donné accès à ces établissements.

Mais les proches aidants avaient du mal à s'y retrouver, selon les responsables de l'Appui. Les mesures ont beaucoupévolué au fil du mois. Il a fallu savoir quels étaient les critères d’accès, les proches aidants se sont demandé comment convaincre les directions des établissements.

Inquiets et stressés en cette période inédite de pandémie, les proches aidants ont besoin de se confier. Les responsables de l'Appui citent une augmentation de 252 %, en avril toujours, des demandes en matière d'écoute.

Les proches aidants qui s'occupent à domicile d'un parent, d'un enfant ou d'un conjoint sont épuisés tant physiquement que moralement. Ils se sont notamment retrouvés en première ligne, et souvent seuls, pour prendre soin de leur proche, disent encore les responsables de l'Appui.

En raison de la distanciation physique et du confinement, ils ont dû renoncer aux services que recevait leur proche avant la pandémie de coronavirus.

Le déconfinement, qui franchira notamment une nouvelle étape à Montréal le 25 mai, inquiète les aidants, qui vivent au quotidien avec la peur de transmettre la COVID-19 à leur proche vulnérable.

De son côté, Mélanie Perroux du Regroupement des aidants naturels du Québec (RANQ) croit qu'un certain nombre de proches aidants refuseront de retourner en milieu de travail, de crainte de mettre en péril la santé de leur proche.

Il faudra tenir compte d'eux dans les stratégies de déconfinement, selon elle.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Coronavirus

Société