•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La frontière canado-américaine restera fermée jusqu'au 21 juin

Le premier ministre Trudeau annonce en outre un accès élargi au programme de Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes.

Un véhicule des Douanes et de la Protection des frontières des États-Unis, devant le pont Ambassador.

Un véhicule du Service des douanes et de la protection des frontières des États-Unis, devant le pont Ambassador, qui relie Windsor, au Canada, à Détroit, aux États-Unis.

Photo : CBP Great Lakes

La frontière entre le Canada et les États-Unis restera fermée pour tous les passages non essentiels jusqu'au 21 juin, a annoncé mardi le premier ministre canadien Justin Trudeau.

C'est la deuxième fois que cette mesure est prolongée de 30 jours depuis le début de la pandémie de coronavirus. Mise en place le 21 mars, elle avait été prolongée il y a un mois jusqu'au 21 mai.

La fermeture ne concerne pas le passage des biens essentiels, comme la nourriture, le carburant et les médicaments, afin de garantir la sécurité des chaînes d'approvisionnement. Tout voyage touristique est cependant interdit.

C’est une décision importante, qui va protéger les gens des deux côtés de la frontière, a fait valoir M. Trudeau lors de sa conférence de presse quotidienne devant sa résidence de Rideau Cottage.

Selon lui, le gouvernement américain s'est montré très ouvert à cette prolongation, dont les termes n'ont d'ailleurs pas été modifiés, notamment en ce qui concerne les demandeurs d'asile entrant irrégulièrement au pays.

Nous avons parlé beaucoup avec les provinces au cours des dernières semaines, et il y avait un désir clair de continuer avec les mesures qu’on a sur nos frontières. C’est une vulnérabilité que nous ressentons tous, au niveau de cas de COVID qui pourraient arriver de l’extérieur.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau n'a cependant pas voulu se prononcer sur la possibilité que la frontière demeure fermée au-delà du 21 juin, ce qui constituerait un coup dur pour l'industrie touristique à l'approche de la haute saison.

La situation change extrêmement rapidement, s'est-il contenté de répondre, de sorte que d'autres discussions auront lieu ultérieurement à ce sujet.

Il ne s'est pas davantage avancé sur les mesures qui devront être en place lors de la réouverture de la frontière. Ce sont des questions qu'on continue à se poser, et nous nous sommes donné un autre mois pour trouver la bonne réponse, a-t-il esquivé.

De nombreux pays du monde exigent à l'heure actuelle que des voyageurs provenant de pays étrangers s'isolent pendant 14 jours avant de vaquer à leurs occupations.

Le Canada a imposé de telles restrictions à ses ressortissants qui reviennent au pays, mais n'a pas eu à se poser la question pour les touristes, puisque les frontières du pays demeurent fermées aux visiteurs internationaux.

Une réouverture possible avant le 21, selon Trump

Le président américain Donald Trump a toutefois affirmé mardi, en réponse à la question d'un journaliste, que la frontière pourrait bien sûr rouvrir avant le 21 juin. Les deux pays réussissent à bien maîtriser la propagation du coronavirus, a-t-il indiqué.

Nous allons discuter et, au bon moment, nous allons ouvrir [la frontière] très rapidement, a-t-il dit, avant d'affirmer que les deux pays étaient en communication constante et qu'à l'instar de leurs dirigeants, ils avaient de bons rapports.

Vous savez, le Canada est notre voisin. Nous avons une excellente relation, nous aimons le Canada, a ajouté le président américain.

Par ailleurs, le premier ministre Trudeau n'a pas voulu s'immiscer dans la polémique engendrée aux États-Unis par la décision de M. Trump de prendre des pilules d'hydroxychloroquine, dont l'utilité pour combattre la COVID-19 n'est pas prouvée.

Je continuerai à suivre les conseils des professionnels de la médecine et je supplie chaque Canadien de suivre les meilleurs conseils de nos experts en santé, a-t-il répondu.

Justin Trudeau devant un lutrin. Un caméraman filme la scène.

Justin Trudeau, en conférence de presse, mardi, devant sa résidence de Rideau Cottage, à Ottawa.

Photo : La Presse canadienne / Justin Tang

L'accès à un programme d'aide pour les PME élargi

Le premier ministre a aussi annoncé un accès élargi au programme de Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes, destiné à soutenir les petites et moyennes entreprises grâce à des prêts pouvant atteindre 40 000 $.

Si vous êtes l’unique propriétaire et employé d’une entreprise, si votre entreprise dépend de travailleurs sous contrat ou si vous avez une entreprise familiale et vous payez vos employés avec des dividendes, vous allez être admissibles, a-t-il expliqué.

Par exemple, si vous avez un salon de coiffure où vos stylistes louent des fauteuils, si vous êtes un physio qui travaille à son compte, ou si vous êtes propriétaire d’un gym qui emploie des entraîneurs sous contrat, le programme sera là pour vous.

Justin Trudeau, premier ministre du Canada

M. Trudeau a aussi dit que la ministre de la Petite entreprise, Mary Ng, est à la recherche de solutions afin que les entrepreneurs qui utilisent un compte de banque personnel pour gérer leurs affaires puissent y avoir accès.

Elle étudie aussi la possibilité d'élargir le programme afin que de nouveaux entrepreneurs qui n'avaient pas encore soumis une déclaration de revenus y aient accès, a-t-il précisé.

Le Compte d’urgence pour les entreprises canadiennes vise à offrir plus de liquidités aux firmes canadiennes qui ont une masse salariale de 20 000 $ à 1,5 million de dollars.

Elles peuvent obtenir un prêt d'une valeur maximale de 40 000 $, versé sans intérêt la première année, et un quart de la valeur du prêt peut être non remboursable, selon certaines conditions.

Selon Justin Trudeau, plus de 600 000 petites entreprises ont eu recours à ce programme depuis qu'il a été annoncé.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique fédérale

Politique