•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un jardin communautaire pour aider les nouveaux arrivants à prendre racine

Un groupe d'une dizaine de jardiniers prend une pause, debout au milieu d'un grand jardin.

Des immigrants et des bénévoles ont commencé à installer leurs plantations dans les 18 parcelles rondes.

Photo : Sam Nammoura

Radio-Canada

Des immigrants de Calgary cultivent un jardin communautaire qui les aide à prendre racine dans leur nouveau pays et à cultiver leur connaissance de l’histoire autochtone de leur terre d’accueil.

Baptisée pays de rêves et lancée par l'agence d'installation Calgary Catholic Immigration Society (CCIS), l’initiative s’étend dans le sud-est de Calgary.

Une centaine de familles immigrantes y cultivent des légumes.

C’est un endroit où elles pourront se sentir chez elles, où elles peuvent mettre les mains dans la terre, explique le PDG de CCIS, Fariborz Birjandian.

Il ajoute que beaucoup de nouveaux arrivants viennent du milieu agricole. Ils quittent un petit village où ils avaient une parcelle de terre et vivent maintenant dans un petit appartement de Calgary.

« C’est quelque chose qui manquait à leur vie et nous avons voulu le leur rendre. »

— Une citation de  Fariborz Birjandian, PDG de l’agence Calgary Catholic Immigration Society

L’organisation a cherché l’appui et le soutien d’aînés autochtones pour ce grand jardin collectif. Comme ça, ils comprennent qui a vécu ici et comment ils vivaient avec cette terre, explique Fariborz Birjandian.

Des pousses nouvellement plantées, dans un jardin.

Les nouveaux arrivants cultivent, entre autres, des épinards, du gingembre et de l'ail.

Photo : Sam Nammoura

Il note que, souvent, il y a peu de contact entre les étrangers qui s’installent ici et les communautés autochtones. Avec la collaboration en place, les nouveaux arrivants rencontrent des Autochtones et prennent connaissance de l’histoire des communautés présentes à Calgary avant eux.

Les 12 hectares de terrain sont loués à la province. L’agence a modifié son organisation cette année en raison des précautions nécessaires pour faire face à la COVID-19.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !