•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des cours en ligne et en personne à l'UQAR cet automne

Université du Québec à Rimouski

L'Université du Québec à Rimouski devra faire face à une baisse d'étudiants étrangers pour la session d'automne (archives).

Photo : Radio-Canada

À l'instar de plusieurs universités dans la province, l'Université du Québec à Rimouski (UQAR) se prépare à offrir plusieurs cours en ligne pour sa session d'automne.

Il faut s'ajuster dans le cadre du nouveau contexte et la formule à distance sera privilégiée dans plusieurs cours, bien entendu, a affirmé le recteur Jean-Pierre Ouellet en entrevue à l'émission Info-réveil, mardi.

Le recteur a cependant précisé que son université tient à poursuivre certaines portions de cours en personne.

Des éléments de formation pratique, de laboratoire, de sorties sur le terrain se feront en présentiel. Pour nous, c'est important de garder cette dimension-là.

Une citation de :Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'UQAR

Selon M. Ouellet, l'avantage de l'UQAR, dans la situation actuelle, c'est que l'université donnait déjà bon nombre de formations en ligne.

C'est peut-être moins bien connu, mais bon an mal an, on forme plus de 1000 personnes sur nos 7000 étudiants et étudiantes à distance, affirme-t-il.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'Université du Québec à Rimouski, parle lors d'une conférence de presse.

Jean-Pierre Ouellet, recteur de l'Université du Québec à Rimouski (archives)

Photo : Radio-Canada / François Gagnon

Qui plus est, le nombre d'étudiants inscrits à un même cours est généralement moins élevé à l'UQAR que dans d'autres universités, ce qui permet un contact privilégié entre les étudiants et leurs professeurs, affirme M. Ouellet.

Même à distance, ça va demeurer un atout parce que ça favorise les rapprochements entre les personnes, les contacts... les gens peuvent poser des questions.

Faire face à la baisse d'étudiants étrangers

L'un des grands défis de l'UQAR sera cependant de faire face à la baisse du nombre d'étudiants étrangers, qui représentaient en 2019-2020 le quart des étudiants inscrits à temps complet au campus de Rimouski.

En tout, 557 étudiants étrangers ont été accueillis cette année à l'UQAR sur les campus de Rimouski et Lévis.

Sans préciser à quel point ce nombre pourrait baisser, le recteur Ouellet précise que plusieurs universités partenaires à l'international ont déjà signalé que leurs étudiants ne suivraient pas de cours à l'UQAR l'automne prochain.

Des étudiants dans l'atrium de l'UQAR

La session d'automne commencera le 1er septembre 2020 à l'UQAR, mais l'enseignement se fera à la fois en personne et à distance (archives).

Photo : Radio-Canada / Édith Drouin

À cette baisse de clientèle appréhendée s'ajoutent les coûts engendrés par l'adaptation de l'offre de formation en fonction des règles sanitaires.

La situation financière est toujours délicate. Comment elle va se traduire dans le nouveau contexte, évidemment, c'est difficile de le prédire à ce moment-ci.

Une citation de :Jean-Pierre Ouellet

Autre ombre au tableau : une demande d'action collective a été déposée la semaine dernière contre la plupart des universités québécoises, dont l'UQAR, afin que les étudiants puissent récupérer une partie des frais payés à la session d’hiver 2020.

Si cette action va de l'avant, l'UQAR pourrait avoir à rembourser environ deux millions de dollars à ses étudiants du trimestre d'hiver, ce qui contribuerait à fragiliser les finances de l'université.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !