•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les feux de forêt inquiètent encore plus des Premières Nations en raison de la pandémie

Des personnes font la file pour prendre un petit avion. Il y a une fumée épaisse dans le ciel.

En 2017, des résidents de la Première Nation de Wasagamack ont été transportés vers la communauté de St. Theresa Point pour être évacués vers Brandon, Thompson ou Winnipeg.

Photo : Mark Wood Ganabook

Radio-Canada

Les communautés autochtones touchées par les feux de forêt dans le passé craignent de ramener avec eux le coronavirus en cas d’évacuation vers les grandes villes.

Avec l’arrivée des beaux jours vient aussi la saison des incendies au Manitoba. Déjà au nord de Dauphin, dans la zone de Pine Creek, Camperville et Duck Bay, des feux se sont déclarés dans la journée de dimanche, forçant l’évacuation de quelques personnes.

Une fumée épaisse est visible au loin derrière les arbres.

Dimanche, le feu a détruit environ 11 kilomètres carrés de forêt au nord de Dauphin.

Photo : photo soumise / Sharon Beauchamp

Cette année, la cheffe de la Première Nation de St. Theresa Point Marie Wood craint que les incendies n’amènent plus que de la fumée.

La responsable communautaire souligne que les évacuations sont toujours une épreuve pour sa communauté de 4000 personnes. Avec le contexte actuel, elle a peur que les évacués soient exposés à la COVID-19 et ramènent le virus avec eux dans cette petite communauté isolée à 465 kilomètres au nord de Winnipeg.

Cela va arriver s’ils doivent rester dans un hôtel, craint-elle en prévision d’un scénario où les membres de la communauté devraient être évacués.

En 2017, environ 1100 personnes de St. Theresa Point, et des milliers d’autres dans la région d’Entre-les-Lacs, ont été déplacés à Brandon et Winnipeg.

Plusieurs ont été logés dans des hôtels, mais des centaines d’autres ont été placés dans de grandes salles comme le centre de convention de Winnipeg ou encore un complexe sportif.

Cette inquiétude est partagée par Raymond Keeper, le chef de la Première Nation de Little Grand Rapids, à 200 kilomètres au sud de St. Theresa Point.

Celui-ci reste toutefois optimiste, car sa zone est considérée à faible risque, puisque la forêt près de la communauté est encore marquée par des incendies datant de 2018 et 2019.

Préparés

Marie Wood estime néanmoins que sa communauté est prête.

Elle explique que les déplacements à l’intérieur et l’extérieur de la communauté sont interdits, sauf en cas d’urgence. Un logement a aussi été transformé en espace d’isolement pour les personnes arrivant de Winnipeg. Les voyages vers les autres communautés des alentours ont également été prohibés.

Pour le moment, aucun cas positif n'a été recensé dans les Premières Nations du Manitoba.

Évacuer et rester en sécurité

Dans un communiqué, un porte-parole de la Croix-Rouge au Manitoba Jason Small, a précisé que les refuges dans des salles communes étaient utilisées en dernier recours seulement.

Même si nous ne pouvons pas trop nous projeter, je peux vous dire que notre équipe est prête à venir en aide aux Premières Nations de la province en cas d’urgence, affirme-t-il en ajoutant que le protocole cette année se concentre sur les mesures de distanciation physique.

Si une évacuation est nécessaire, la Croix-Rouge sera là en soutien tout en assurant la sécurité de toutes les personnes impliquées.

Jason Small, porte-parole de la Croix-Rouge au Manitoba

Les prévisions actuelles de Ressources naturelles Canada établissent un risque faible de feu de forêt pour la province, mais la situation est différente pour juillet et août où un risque haut ou extrême est prévu dans certaines parties du Manitoba.

Le directeur du Services d'incendie de forêt du Manitoba David Schafer, indique aussi que la province se prépare à des opérations normales durant l’été, c’est-à-dire avoir des équipes pour les airs et des équipes au sol.

Il avoue toutefois que la pandémie reste un enjeu et que des discussions sont en cours avec d’autres juridictions pour voir comment réduire le risque d’exposition à la COVID-19 des pompiers.

Avec les informations de Riley Laychuk

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Autochtones