•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

La Chine dénonce les nouvelles règles américaines visant Huawei

L'homme, en sarrau, travaille devant une machine.

Un employé travaille sur une chaîne de production dans une usine de Huawei.

Photo : Reuters / Tyrone Siu

Radio-Canada

Le géant des télécommunications Huawei a fustigé lundi les dernières mesures de l'administration Trump visant à entraver la capacité du groupe chinois à utiliser des semi-conducteurs issus de la technologie américaine.

Le département du Commerce des États-Unis a annoncé vendredi avoir amendé un règlement sur les exportations dans le but de viser stratégiquement l'acquisition par Huawei de semi-conducteurs qui sont le produit direct de certains logiciels et technologies américains.

Avec ce nouveau règlement, les entreprises étrangères fabriquant des équipements contenant des semi-conducteurs de fabrication américaine devront obtenir une licence des États-Unis pour pouvoir vendre certains composants à Huawei, deuxième fabricant mondial de téléphones intelligents et premier équipementier de télécommunication au monde.

Il s'agit d'une décision arbitraire et pernicieuse et qui aura des conséquences sur un grand nombre d'industries dans le monde, a réagi Huawei dans un communiqué.

Il y aura inévitablement des répercussions sur nos affaires, a commenté pour sa part lors d'une conférence l'actuel président en exercice de Huawei, Guo Ping. Mais nous sommes convaincus de pouvoir prochainement trouver des solutions, a relevé M. Guo.

La Chine prendra les mesures qui s'imposent pour défendre fermement les droits et intérêts légitimes des entreprises chinoises, a répliqué dimanche le ministère chinois du Commerce dans un communiqué. La Chine exhorte les États-Unis à cesser immédiatement ses mauvaises actions.

Les conséquences se feraient déjà sentir

Déjà, selon le journal japonais Nikkei, l’entreprise Taiwan Semiconductor Manufacturing (TSMC), premier sous-traitant mondial pour la fabrication de puces et important fournisseur de Huawei, n'accepte plus de commandes de cette compagnie.

Le quotidien économique affirme que les commandes passées avant l'entrée en vigueur de cette nouvelle mesure et celles déjà en production pourraient être honorées si elles sont expédiées avant la mi-septembre.

Selon TSMC toutefois, l'article du Nikkei est une pure rumeur de marché.

Le groupe taïwanais a annoncé jeudi son intention de construire une usine aux États-Unis et a dit suivre de près le changement des règles américaines en matière d'exportation.

L'administration Trump perçoit Huawei comme une menace pour la sécurité nationale américaine.

Les États-Unis soupçonnent l'entreprise d'espionnage au profit des autorités chinoises et se interviennent fortement auprès de leurs alliés pour qu'ils empêchent Huawei d'accéder au marché de la 5G.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Économie

Économie