•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Levée des barrages interprovinciaux : soulagement des deux côtés de la rivière

Des policiers discutent avec des automobilistes sur une voie réservée.

Barrage routier à la sortie du pont Champlain à Gatineau.

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada

Les barrages policiers contrôlant les déplacements entre Ottawa et Gatineau seront levés lundi. Les citoyens pourront donc circuler plus facilement des deux côtés de la rive, mais le ministre responsable de la région de l'Outaouais demande aux citoyens d'être prudents.

Le maire et des conseillers municipaux d'Ottawa dénonçaient ces contrôles depuis le début.

Les barrages étaient très compliqués pour les travailleurs essentiels et aussi pour les gens qui ont des familles avec des situations particulières, a commenté le conseiller de Rideau-Vanier, Mathieu Fleury.

L'élu croit que les Ontariens peuvent se rendre à leur chalet en Outaouais de façon sécuritaire cet été. Ces gens-là peuvent prendre des mesures importantes dès le début, partir avec une commande d'épicerie qui permet d'être dans le chalet pendant 14 jours et ensuite s'intégrer dans cette région-là.

Le maire de Val-des-Monts, en Outaouais, est du même avis. Plus de 1600 chalets et 600 résidences secondaires se trouvent dans cette municipalité. Il dit avoir reçu, dans les dernières semaines, des centaines de plaintes d'Ontariens voulant se rendre à ces résidences.

C'était très difficile pour moi de justifier [l'interdiction], d'empêcher ces gens-là de se présenter à leur chalet. On regarde du côté de l'Outaouais, au Québec, et des milliers de résidents se déplacent à Ottawa chaque jour pour travailler, a souligné Jacques Laurin.

Je suis très fier d'apprendre qu'ils vont laisser ces gens-là se rendre à leurs propriétés.

Jacques Laurin, maire de Val-des-Monts, qui dit avoir partagé les commentaires de ces résidents aux élus provinciaux

À Thurso, le maire Benoît Lauzon croit que c'est pertinent qu'ils viennent [à leur chalet] rendus à ce moment-ci de l’année. Ce qu'on leur demande c’est d’aller le moins possible dans nos commerces sur nos territoires, pour ne pas qu’il n’y ait trop de regroupement.

Le maire de Gatineau, qui défendait l'idée des contrôles routiers, respecte la décision de Québec de laisser tomber ses barrages.

Même s'il n'a pas de contrôle routier, il faut quand même que les gens limitent leurs déplacements, il faut que les gens limitent les contacts avec les autres citoyens, il faut respecter le deux mètres de distance, a-t-il précisé.

Vendredi, le ministre responsable de la région a rapidement précisé que la levée des contrôles policiers est, selon lui, tout sauf une invitation aux déplacements jugés non essentiels.

Ça ne veut pas dire qu'on encourage les gens de l'Ontario à venir au Québec. Je dirais même que c'est tout à fait le contraire, a lancé Mathieu Lacombe en entrevue à Radio-Canada. Si le déplacement n'est pas essentiel, on demande aux résidents de l'Ontario de rester chez eux et c'est la même chose pour les résidents du Québec. On leur demande de ne pas aller en Ontario.

Avec les informations d'Audrey Roy

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Ottawa-Gatineau

Coronavirus