•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'industrie touristique se tourne vers les Québécois pour survivre

Le Château Frontenac vu de Lévis.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

L’industrie touristique aura besoin des Québécois pour survivre à l’été qui approche. Tous les efforts promotionnels ciblent désormais le marché intérieur pour inviter les citoyens à profiter de leur province pendant leurs vacances. Un pari qui pourrait porter ses fruits et créer des habitudes, même au-delà de la crise...

La longue fin de semaine de la fête des patriotes a amené un soleil bienvenu au-dessus de Québec.

Pour l’industrie touristique de la région, par contre, de gros nuages cachent encore l’horizon.

Il y a présentement une vingtaine d'hôtels encore ouverts à Québec, mais ils sont à peine occupés à 5 % de leur capacité, indique Éric Bilodeau, directeur des communications et du marketing à l’Office de tourisme de Québec. Habituellement, la fin de semaine des patriotes marque le début de la saison dans la capitale : le taux d’occupation atteint 75 % à 80 % en temps normal.

Pour que le reste de la saison ne soit pas à l’image de cette fin de semaine, l’industrie met les bouchées doubles pour inciter les Québécois à voyager à la maison cet été.

Le phénomène naturel, partout dans le monde, va d'abord être de revisiter son propre lieu. Ça représente une opportunité pour nous, au Québec, parce que la population voyage beaucoup.

Martin Soucy, PDG de l'Alliance touristique du Québec

Les Québécois dépensent, chaque année, près de 8 G$ à l’étranger, rappelle Martin Soucy, PDG de l’Alliance touristique du Québec. Les visiteurs étrangers, pour leur part, n’apportent que 3 G$ dans les coffres du Québec.

Martin Soucy, président et directeur général de l'Alliance touristique du Québec

Martin Soucy, président et directeur général de l'Alliance touristique du Québec

Photo : Radio-Canada / Vincent Cantin-Archambault

Le gouvernement travaille présentement sur un plan de déconfinement de l’industrie. Ses guides sanitaires, sorte de mode d’emploi de la réouverture touristique, doivent paraître dans les prochaines semaines.

Tous s’accrochent aux propos prononcés par la ministre du Tourisme Caroline Proulx cette semaine, qui a juré qu’il y aurait une saison touristique cet été au Québec.

Elle se vivra, cependant, entre Québécois, estime Éric Bilodeau, de l’Office de tourisme. Selon lui, il n’y aura pas d’Américains ni d’Ontariens en 2020.

Et les États-Unis et le Canada, ça représente 73 % du marché, ajoute Martin Soucy, de l’ATQ.

Une industrie qui souffre

Le déconfinement du tourisme est urgent pour éviter l’hécatombe au sein de l’industrie, indique toutefois Mitchell Dion, directeur général de Tourisme Charlevoix.

Selon un sondage mené l’association, 80 % de ses 450 membres sont fortement affectés par la COVID-19.

Eric Bilodeau, directeur des communications et du marketing à l'Office de tourisme de Québec

Eric Bilodeau, directeur des communications et du marketing à l'Office de tourisme de Québec

Photo : Radio-Canada / Vincent Cantin-Archambault

Si ça ouvre trop tard, ça ne vaudra même pas la peine, rappelle M. Dion.

Déjà, l’industrie touristique a grandement souffert de la crise.

Une étude commandée par Destination Canada et présentée le 13 avril dernier par Tourism Economics présente deux scénarios.

Le premier, qui s’appuie sur la fin de la pandémie et la maîtrise du virus, prévoit un manque à gagner de 7,9 G$ dans les coffres de l’industrie au Québec.

Le second scénario, qui fait état d’une COVID-19 qui demeure hors de contrôle, évalue à 13,8 G$ les pertes pour le Québec.

Quand on a de beaux endroits comme ici, ce n'est pas une grosse peine de ne pas voyager à l'extérieur, croit Gaétan Falardeau, un citoyen rencontré à la marina de Cap-Rouge.

L’industrie touristique se croise les doigts pour que 8 millions de Québécois pensent comme lui.

Avec les informations d'Audrey Paris

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Tourisme