•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Masques faits maison : des Saskatchewanais mettent la main à la pâte

Des masques sur une table

Le déconfinement se poursuit en Saskatchewan, et parallèlement, des projets de fabrication de masques émanent un peu partout en province.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

La deuxième phase du plan de déconfinement, qui entre en vigueur mardi, implique la réouverture des commerces de détail. En plus de la distanciation sociale et des mesures d’hygiène, les autorités provinciales recommandent le port du masque, une protection supplémentaire contre la COVID-19. Pour mettre la main à la pâte, plusieurs Saskatchewanais se sont lancés dans leur fabrication. Voici quelques-unes de ces initiatives.

Sask Masks

Lancé par quatre étudiants de l’Université de Regina, le projet Sask Masks connaît une popularité enviable.

L’initiative a été créée au début du mois d’avril. Elle attire l’attention des internautes depuis. Les commandes viennent des quatre coins de la province, mais aussi de Winnipeg, de Toronto et même de la Californie.

Des masques faits maison pour se protéger de la COVID-19.

Tous les profits générés par Sask Masks sont versés à des organismes de bienfaisance situés à Regina.

Photo : Radio-Canada / Facebook/Sask Masks

Les masques coûtent 20 $. Tous les profits sont versés à des organismes de bienfaisance de la ville, tels que le YWCA, le centre Carmichael Outreach et la banque alimentaire de Regina.

Le 11 mai dernier, 25 000 $ leur ont été remis, alors que Sask Masks en était seulement à sa cinquième semaine de production.

Nous avons beaucoup entendu parler de la pression sur les organismes communautaires et sur les pertes d’emplois qu’ils ont subis à cause de la pandémie. En ce moment, leurs services sont plus nécessaires que jamais, et nous avons vu là une opportunité de les aider et de redonner à la communauté plutôt que de garder les profits.

Jana Ham, l'une des instigatrices de Sask Mask

Pour répondre à la forte demande, l’équipe de quatre personnes s’est rapidement agrandie, si bien que 36 couturiers et couturières, âgés de 10 à 55 ans, en font maintenant partie.

L’entreprise poursuivra-t-elle ses activités au-delà du pic de la crise? Rien n’est moins sûr, note Jana Ham, parce qu’elle et ses collègues devront éventuellement retourner sur les bancs d’école.

L’Open Door Society de Saskatoon

Devant l’ampleur de la crise sanitaire, l’organisme à but non lucratif Open Door Society de Saskatoon s’est engagé à fabriquer 10 000 masques artisanaux.

Jusqu’ici, plus de 4 000 d’entre eux ont été distribués à une quarantaine d’organismes communautaires à travers la province, qui les donnent à leur tour aux personnes plus vulnérables.

Près du quart ont été envoyés à des communautés du nord de la province, telles que l’Île-à-la-Crosse, La Ronge et Spiritwood.

Ces masques sont stérilisés, puis emballés à la faculté de médecine dentaire de l’Université de la Saskatchewan.

Des associations culturelles, des centres de l’amitié autochtone et des foyers pour aînés en ont notamment reçu.

Les gens sont très enthousiastes par rapport au projet. On reçoit autant des demandes d’individus que des demandes de groupe pour les masques. Je pense que c’est plutôt difficile d’en trouver à l’heure actuelle. Il y a une forme de pénurie. Il y a un besoin, c’est certain, et on le ressent. On reçoit des demandes tous les jours.

Jean-Philippe Deneault, coordonnateur aux communications, Saskatoon Open Door Society

Le coût total du projet est évalué à 40 000 $. L’Open Door Society de Saskatoon les distribue gratuitement, et compte sur les dons du public pour mener leur objectif de 10 000 masques à terme.

Le magasin Dean Renwick à Regina

À Regina, le magasin Dean Renwick s’est tourné vers la production de masques plutôt que de celle de vêtements. Selon son propriétaire, ce changement de cap est lucratif.

Le projet est à la fois caritatif et commercial. Près de 6000 masques ont été distribués gratuitement dans des résidences pour personnes âgées dans les environs de Regina. Les clients qui ont moins de 65 ans peuvent aussi en acheter à la boutique.

Il y a une crise sanitaire et nous devons faire ce que nous pouvons pour aider nos personnes âgées. C’est ce qui nous a motivés à aller de l’avant avec ce projet.

Dean Renwick, propriétaire du magasin

S’il a dû faire des mises à pied au début de la pandémie, Dean Renwick affirme aujourd’hui que la majorité de ses employés ont été rappelés au travail, preuve de l’engouement pour les masques, selon lui.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Santé publique