•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'argent manque pour compléter les rénovations de la grande mosquée

Chantier de construction de la grande mosquée de Québec

Le revêtement extérieur du Centre culturel islamique de Québec n'a pas encore été complété.

Photo : Radio-Canada

Le Centre culturel islamique de Québec (CCIQ) comptait sur le mois de ramadan, toujours en cours, pour garnir ses coffres et compléter les rénovations majeures amorcées à la grande mosquée. Mais la COVID-19, affirme ses dirigeants, est venue brouiller les plans... et les finances.

Je suis très inquiet en ce moment, admet au bout du fil Mohamed Labidi, président du CCIQ. Nos budgets sont serrés actuellement, très serrés même pour la continuité des travaux.

Ces rénovations d'envergure sont évaluées à 1,7 million $, montant duquel il manque présentement 1 million $, précise M. Labidi.

Alors qu'on espérait avoir terminé les travaux au début de l'été, le bâtiment de la route de l'Église est encore dépourvu de briques, l'intérieur n'est pas terminé et le minaret n'a pas encore été installé.

Faute de marge de manœuvre, le chantier tourne maintenant au ralenti. Disons qu'on avance très prudemment.

Mohamed Labidi, optimiste de nature, n'a pas osé s'avancer sur un nouvel échéancier. On y va au jour le jour.

Croquis de la grande mosquée de Québec, une fois les travaux terminés

Croquis de la grande mosquée de Québec, une fois les travaux terminés

Photo : Grande mosquée de Québec

Le projet ne reçoit aucune aide gouvernementale. Le plan initial était de tout financer à même les fonds accumulés du CCIQ et en sollicitant la communauté, autant locale que provenant d'autres mosquées. En janvier, on visait à amasser 500 000 $ pour compléter le montage.

La direction du CCIQ espérait notamment faire le plein d'argent pendant le ramadan, du 24 avril au 23 mai. Mais puisque la pandémie de COVID-19 a mis un terme à tous les rassemblements, y compris dans les lieux de culte, impossible de solliciter les fidèles directement.

En plus d'être une période de générosité dans la communauté, les musulmans y sont généralement plus nombreux à fréquenter les mosquées. On a été privé de quelques centaines de milliers de dollars, estime Mohamed Labidi.

Mohamed Labidi, le président du Centre culturel islamique de Québec

Mohamed Labidi, président du Centre culturel islamique de Québec

Photo : Radio-Canada

Levée de fonds

L'organisation se tourne maintenant vers le sociofinancement en ligne. Avec le confinement, il ne nous reste que le virtuel comme solution, ajoute Mohamed Labidi.

Avec l'aide de différentes associations musulmanes nationales, dont le Conseil national des musulmans canadiens (CNMC) et Islamic Relief Canada, une levée de fonds pancanadienne a été lancée dimanche.

Le CCIQ était au milieu de travaux de sécurisation et de rénovations de la mosquée quand la COVID-19 a frappé. Maintenant, leurs efforts sont compromis. Nous ne pouvons laisser une telle chose se produire, écrit notamment le CNMC.

L'objectif est ambitieux : 1,2 millions $. L'argent supplémentaire servira à pallier les imprévus, souligne M. Labidi.

J'espère que les fidèles seront au rendez-vous pour aider cette mosquée, qui est maintenant symbolique et historique pour tout le pays.

Mohamed Labidi, président du Centre culturel islamique de Québec

Faisant référence à l'attentat qui a coûté la vie à six fidèles en janvier 2017, Mohamed Labidi mise sur le symbole que représente le lieu pour encourager la générosité des donateurs.

Il soutient que le CCIQ sera un endroit phare pour l'ensemble de la communauté musulmane au Canada. Même pour la ville de Québec, ce sera un site historique. Les musulmans vont visiter ce site historique, dit-il, d'où l'intérêt de s'offrir une belle mosquée.

La Ville de Québec doit d'ailleurs s'arrimer avec le CCIQ pour dévoiler officiellement le mémorial qui sera construit en hommage aux six victimes de la tuerie. Cette installation est elle aussi retardée par la situation actuelle, a indiqué M. Labidi.

Maquette de l'oeuvre de l'artiste Lucie Pelletier comprenant des arbres et des stèles surmontées de feuilles de métal sculptées

Le mémorial comprendra six feuilles sculptées dans du métal à partir des traditions ornementales des pays d’origine des victimes.

Photo : Maquette de l'oeuvre de l'artiste Lucie Pelletier

Si la collecte de fonds n'est pas suffisante, le CCIQ n'a pas de plan B pour le moment. Même si une aide gouvernementale serait bienvenue, affirme le président, aucune initiative en ce sens n'a été lancée.

Cet investissement s'ajoute aux dépenses prévues pour l'aménagement du futur cimetière musulman. Le CCIQ a officiellement acquis un terrain de la Ville de Québec, en décembre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !