•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L'ambassadeur de Chine en Israël retrouvé mort à son domicile

Un policier israélien met en place un cordon de sécurité autour du domicile de l'ambassadeur chinois.

Du Wei, 57 ans était entré en fonction en février.

Photo : Reuters / Nir Elias

Radio-Canada

L'ambassadeur de Chine en Israël a été retrouvé mort, dimanche matin, dans son domicile en banlieue de Tel-Aviv. Selon les premières constatations, sa mort ne serait pas suspecte.

Du Wei, 57 ans, était entré en fonction en février dernier après avoir occupé le poste d’ambassadeur de la Chine en Ukraine de 2016 à 2019.

La police, de même que les membres d'une unité de médecins légistes, étaient sur place dimanche. Mais selon les premières constations, la mort ne serait pas suspecte.

La chaîne de télévision israélienne Channel 12, citant des sources médicales, rapporte que M. Wei serait mort de causes naturelles durant son sommeil.

Selon le quotidien israélien Haaretz, il pourrait s'agir d'un arrêt cardiaque.

Du Wei prend la parole devant des micros.

Du Wei lors d'une conférence à Kiev, en août 2019, alors qu'il était ambassadeur de Chine en Ukraine.

Photo : Reuters / Valentyn Ogirenko

D'après l'examen préliminaire l'ambassadeur Du Wei est décédé de manière inattendue, a indiqué le ministère chinois des Affaires étrangères dans un communiqué, en évoquant des raisons de santé. Mais il a affirmé attendre une confirmation.

Sa mission s'inscrivait dans le cadre d'un accroissement des investissements chinois en Israël, contraignant l'État hébreu à un difficile exercice d'équilibre en pleine guerre commerciale entre Pékin et Washington, son principal allié.

Tensions diplomatiques

Lors d’une récente visite à Jérusalem du chef de la diplomatie américaine, Mike Pompeo, ce dernier avait exhorté Israël, allié des États-Unis, à limiter les investissements chinois dans des secteurs stratégiques sur son sol.

Les États-Unis accusent implicitement la Chine de camoufler des informations sur la pandémie de COVID-19, voire de chercher à pirater des recherches sur un vaccin.

Dans une tribune publiée dans le quotidien Jérusalem Post, le porte-parole de l'ambassade chinoise à Tel-Aviv, Wang Yongjun, avait rétorqué que Mike Pompeo n'avait offert aucune preuve quant aux « risques sécuritaires » liés aux investissements chinois en Israël.

L’Histoire montre que les pandémies s’accompagnent généralement de complots et d’une tendance rétrograde à vouloir chercher des boucs émissaire. Nos amis juifs le savent bien, avait-il ajouté, en vantant la relation « gagnant-gagnant » entre la Chine et Israël.

Avec les informations de Agence France-Presse, et Reuters

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique internationale

International