•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le drapeau franco-manitobain a 40 ans

Drapeau franco-manitobain

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Trois couleurs. Des bandes rouge et jaune appliquées sur un fond blanc. Émergeant des deux bandes de couleurs une pousse verte qui pointe vers le ciel.

Le drapeau franco-manitobain a été dévoilé en 1980 à la suite d’un concours organisé par le Conseil jeunesse provincial.

À l’issue d’un scrutin populaire dans le journal hebdomadaire La Liberté, c’est la proposition du graphiste manitobain Cyril Parent qui a été retenue.

Un drapeau où on voit une bande blanche, une bande jaune et une bande rouge. Surimposée à gauche se trouve un dessin de longues racines avec un feuillu très grand.

Drapeau Franco-Manitobain

Photo : Radio-Canada

L’homme, qui avait 26 ans à l’époque, avait récemment intégré un nouveau cabinet de graphistes francophones à Saint-Boniface. Son patron voulait que les employés soumettent tous des maquettes pour ce nouveau drapeau.

Le Manitobain maintenant dans la soixantaine se souvient bien de son moment d’inspiration.

J’étais assis devant la télé et il y avait une publicité où une plante poussait de longues racines et sortait de la terre. Et puis, bing! Ça m'est venu tout de suite, l’idée de faire de longues racines avec un feuillu très grand, relate M. Parent au micro de l’émission Le 6 à 9.

Pour écouter l’entrevue intégrale :

Puis ensuite, j’ai ajouté la rivière Rouge, parce que c’est là où se sont établis les premiers Métis et francophones au Manitoba, avec les terres fertiles. Les terres fertiles, ça donne quoi? Ça donne la récolte du blé, qui est historiquement très importante au Manitoba, explique-t-il.

À l’époque, j’étais un nouvel artiste graphique. Je m’intéressais surtout aux couleurs et aux formes, que ça paraisse bien, avoue le sexagénaire, qui n’avait droit qu’à trois couleurs pour la conception de son drapeau. 

Une réflexion plus mûre

Ce n’est que 30 ans plus tard que la vraie symbolique du drapeau s’est solidifiée dans l’esprit de Cyril Parent.

En mai 2010, lui et Yan Dallaire ont organisé l'événement À vélo pour mon drapeau, une initiative qui a vu une trentaine de Franco-Manitobains pédaler de Winnipeg jusqu’à Ottawa avec le drapeau franco-manitobain pour célébrer l'identité francophone du Manitoba.

On a manqué l’occasion de souligner les 25 ans du drapeau. Donc, au trentième, je me suis dit qu’on devrait faire quelque chose d’important, explique M. Parent.

Avec environ 150 kilomètres de route par jour, l’ancien artiste graphique avait tout son temps pour méditer. C’était la question du jour : à quoi pensent les cyclistes quand ils pédalent pendant des heures, sans arrêt? Bien, je réfléchissais [au] symbolisme du drapeau.

Les longues racines vertes qui sont bien ancrées dans le sol franco-manitobain, ce sont nos ancêtres, nos grands-parents, nos arrière-grands-parents, les premiers arrivés, qui ont su tenir les racines bien droites avec leur fierté du français et leur passion pour faire survivre cette culture, cette langue, précise-t-il. Le feuillu, c’est une poussée bien verte, vivante et vibrante, la joie de vivre de la génération présente et toutes les générations à venir dans ses feuilles.

Le jaune est le blé, la récolte. C’est le fruit de tous nos labeurs en commun, le travail de nos aïeux à maintenir cette francophonie bien vivante au Manitoba.

Le rouge de la rivière Rouge, c’est la vie qui peut parfois être très paisible et calme et belle à regarder, et qui peut aussi être à la fois tumultueuse et 'inondante', tout comme le parcours de la francophonie ici au Manitoba, avec toutes ses revendications.

Pour ce qui est du blanc, il y en a beaucoup qui disent que c’est le ciel infini du Manitoba, les plaines à perte de vue ou la neige. Pour moi, c’est beaucoup plus que ça, avoue le sexagénaire. C’est un endroit vide. Vide dans le sens où c’est un lieu de développement d’idées et de création pour tous.

Une fierté qui perdure

Cyril Parent se souvient encore de ce qu’il ressentait au moment où son dessin a été choisi comme drapeau franco-manitobain.

Ça me donnait une fierté énorme, surtout dans mon petit village, mon petit patelin de Saint-Joseph, où tout le monde recevait La Liberté en ce temps-là, dit-il. Tout le monde a voté pour moi. C’était une fierté émouvante pour moi, se souvient-il.

C’est quelque chose que je vais léguer à mes enfants, la fierté d’avoir leur père qui a développé le drapeau franco-manitobain.

Cyril Parent

Il souligne toutefois que le drapeau n’est plus sien, mais appartient plutôt à la communauté. C’est son drapeau, conclut-il.

Avec les informations de l'émission Le 6 à 9

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Francophonie