•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

L’Université de Moncton se prépare à un automne à distance

Un mortier, un ordinateur portable, un diplôme et des livres posés sur une table dans une bibliothèque.

L'enseignement à distance a permis de compléter la dernière session universitaire.

Photo : Getty Images / Chinnapong

Radio-Canada

La session d'automne se fera à distance à l'Université de Moncton, au Nouveau-Brunswick. L'établissement a commencé sa planification académique.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Pour assurer la santé des étudiants et du personnel, et plongée dans l’incertitude quant à l’évolution de la pandémie de coronavirus, l’Université va privilégier l’enseignement à distance et envisage de limiter le nombre d’activités en personne.

On promet un appui pédagogique aux professeurs, qui auront droit à de la formation d’ici le début du mois de juin.

Des défis à surmonter

La fin de la dernière session s’est déjà déroulée virtuellement en raison de la pandémie. Le syndicat qui représente les professeurs considère que le personnel a eu une bonne pratique, mais qu’il reste des défis à surmonter.

Un homme dehors devant un pavillon de l'université.

Mathieu Lang devant la pavillon Léopold-Taillon de l'Université de Moncton le 16 mai 2020.

Photo : Radio-Canada

On s’attendait à ça on est quand même heureux que l’annonce soit prise assez tôt pour qu’on puisse bien se préparer pour septembre, dit Mathieu Lang, le président de l’Association des bibliothécaires, des professeures et professeurs de l'Université de Moncton.

Les principaux défis, c’est de trouver des façons de bien évaluer dans un contexte à distance, explique M. Lang. Ça, c’est un des principaux défis. Le deuxième défi, c’est la surcharge de travail que ça occasionne. Beaucoup plus de courriels, beaucoup plus d’échanges un à un avec les étudiants.

Les séances de formation seront une occasion de trouver des réponses à plusieurs questions.

Comment on fait la transition vers une meilleure pédagogie adaptée à l’enseignement à distance. On utilise plein de stratégies quand on est en présentiel, mais à distance ça implique toute une façon de repenser l’enseignement, poursuit Mathieu Lang. 

[Il y a] d’autres inquiétudes pour les cours de laboratoire, par exemple, où il y a une grande composante pratique. Tout ce qui se passe dans le CEPS, dans les gymnases, quand il y a une grande composante d’aller sur le terrain pour faire des observations, rencontrer des personnes, en psychologie ou en éducation, dit-il.

Une passante devant l'enseigne du campus de l'Université de Moncton à Moncton le 26 mars 2020.

L'Université de Moncton.

Photo : Radio-Canada / Guy Leblanc

L’Internet promet déjà d’être un épineux problème à résoudre, puisque les déficiences de l’accès à un service haute vitesse se sont déjà fait ressentir pour des étudiants et des travailleurs confinés à la maison.

Qui plus est, il est possible que des étudiants étrangers ne puissent pas entrer au Canada, ce qui soulève une question d’adaptation aux différents fuseaux horaires.

La Fédération des étudiants et des étudiantes du Centre universitaire de Moncton (FÉÉCUM) est, de son côté, satisfaite de voir que l’Université s’y prend tôt pour planifier le semestre de septembre.

Ce n’est pas une surprise que ce soit un semestre majoritairement en ligne. Nous attendons avec impatience d’autres détails, car c’est bien évidemment ces détails qui vont influencer l’expérience universitaire de nos membres à la rentrée de septembre 2020, déclare la Fédération dans un communiqué.

D’après le reportage de Wildinette Paul

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !