•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Porto Rico organise un référendum pour obtenir le statut d'État américain

Le drapeau portoricain flotte dans un ciel bleu.

Le drapeau portoricain flotte au-dessus de l'édifice du Capitol à San Juan, capitale de l'île.

Photo : The Associated Press / Ricardo Arduengo

Radio-Canada

La gouverneure de Porto Rico, Wanda Vazquez, a déclaré samedi qu’elle organisera un référendum non contraignant en novembre afin de déterminer si le territoire ne devrait pas devenir un État américain à part entière.

Cette décision de Mme Vazquez intervient dans un contexte de désillusion croissante quant au statut territorial de l'île des Caraïbes aux États-Unis.

Pour la première fois dans l’histoire de l’île, le référendum prévu posera une question fort simple : Porto Rico devrait-elle être admise immédiatement en tant qu’État américain?

Si le oui l'emporte lors du référendum, le changement de statut ne sera pas automatique puisqu'il requiert l’approbation du Congrès américain.

La question a outré un petit groupe de militants en faveur de l’indépendance de l’île et membres du principal parti d’opposition, le Popular Democratic Party, qui réclame pour l’heure le statu quo.

En revanche, les adeptes du parti pro-État de la gouverneure Vazquez estiment que le pari risque d’être payant, puisque Porto Rico a dû se battre pour obtenir des fonds fédéraux après le passage des ouragans Irma et Maria, une série de récents séismes et la pandémie de coronavirus.

De plus en plus de personnes se plaignent que l'île ne bénéficie pas d'un traitement juste et équitable.

Tout ce qui est important dans la vie comporte un certain risque, a affirmé l’ancien gouverneur de Porto Rico Carlos Romero Barcelo, membre du Progressive New Party.

Des référendums tenus dans le passé ont soumis aux électeurs plus d’une question sur le sujet avec une variété d’options, incluant l’indépendance et le maintien du statut de territoire américain, mais aucun n’a été aussi direct dans sa formulation. Le référendum sera tenu dans le cadre des élections générales du 3 novembre prochain.

Notre peuple aura la possibilité de définir une fois pour toutes notre avenir. Il n'est jamais trop tard pour être traités en égaux.

Wanda Vazquez, gouverneure de Porto Rico
Wanda Vazquez.

La gouverneure de Porto Rico, Wanda Vazquez

Photo : The Associated Press / Dennis M. Rivera Pichardo

La cinquième tentative

Les Portoricains sont des citoyens américains, mais ils ne sont pas autorisés à voter aux élections présidentielles.

En outre, si l'île est exonérée de l'impôt fédéral américain sur le revenu, elle doit tout de même payer pour la sécurité sociale, le programme de santé Medicare et les taxes locales, alors qu’elle reçoit moins de fonds fédéraux que les États américains.

Bon nombre de personnes considèrent que le statut territorial de l’île a contribué à sa difficulté à se remettre des ouragans et des tremblements de terre, ainsi qu'à l'aggravation de sa crise économique, causée en grande partie par des décennies d'emprunts importants et la suppression d'avantages fiscaux fédéraux.

Le Congrès américain doit reconnaître les résultats du référendum avant de passer à une autre étape, mais il n'a jamais agi lors des cinq référendums précédents de l'île.

Le dernier en liste, qui s’est déroulé en 2017, a fait l’objet d’un boycottage et d’un faible taux de participation qui ont soulevé des questions sur la légitimité du vote populaire.

Plus d'un demi-million de personnes étaient favorables au statut d'État américain dans ce référendum, tandis que 7800 électeurs ont appuyé le projet d’indépendance et plus de 6800 autres le maintien du statut de territoire. Le taux de participation n’avait été que de 23 %.

Dans les trois référendums antérieurs, aucune majorité claire ne s'était dégagée des résultats du vote, les électeurs appuyant presque également l’option pro-État et le statu quo.

Aucune représentation au Congrès

La conversion de ce territoire en État américain procurerait à Porto Rico deux sénateurs et cinq sièges à la Chambre des représentants.

Cependant, il est peu probable que le Sénat contrôlé par les républicains reconnaisse l’issue du référendum, parce que Porto Rico a tendance à favoriser les démocrates.

Roberto Prats, un ancien sénateur portoricain et membre du parti d’opposition Popular Democratic Party, pense que le prochain référendum consiste en un autre exercice futile comme l’ont été les précédents.

Selon lui, Porto Rico a érodé la confiance du gouvernement fédéral avec ses décennies de corruption et de mauvaise gestion, et que tout référendum devrait d'abord avoir le soutien du Congrès américain

Si nous devons prendre une décision concernant notre relation avec les États-Unis, les États-Unis doivent être impliqués dans cette discussion, a déclaré Roberto Prats.

Avec les informations de Associated Press

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique américaine

International