•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un laboratoire de Vancouver évalue l'efficacité des tests sérologiques

Deux personnes vêtues de sarraus et portant un masque manipulent des fioles.

Des techniciens de laboratoire testent des échantillons au laboratoire de Vancouver du Centre des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique.

Photo : Ben Nelms/CBC

Radio-Canada

Dans le secteur dédié au dépistage du laboratoire central du Centre de contrôle des maladies infectieuses de la Colombie-Britannique (BCCDC), à Vancouver, des techniciens médicaux travaillent à évaluer l’efficacité des tests sérologiques, maillon essentiel dans la lutte contre le coronavirus.

Le laboratoire est l'un de plusieurs centres en Colombie-Britannique et au Canada qui travaillent à mieux comprendre si les personnes qui ont été infectées par la COVID-19 sont immunisées contre la maladie une fois qu'elles se sont rétablies.

C'est la question à 1 million de dollars, déclare le docteur Muhammad Morshed, microbiologiste clinique au BCCDC.

Les tests sérologiques ou dépistages d'anticorps servent à chercher dans le sang d’un patient la présence d'anticorps dirigés contre le virus. 

Les anticorps sont un signe que le système immunitaire d'un patient a réagi à une infection, ce qui indique qu'il a peut-être déjà été infecté par le coronavirus, même s'il n'a jamais eu de symptômes, et qu'il est peut-être immunisé.

Une personne en sarrau met un contenant rempli de liquide dans une machine.

Une machine qui traite des grands volumes de tests sérologiques, au Centre des maladie infectieuses de la Colombie-Britannique.

Photo : Ben Nelms/CBC

Mais les tests ne sont pas encore fiables. Selon des études préliminaires, ils peuvent être défectueux, facilement mal interprétés et ont le potentiel de donner de faux positifs.

Ils sont loin d'être parfaits, résume le docteur Marc Romney, chef de division en microbiologie et en virologie à l'Hôpital Saint-Paul de Vancouver.

Mardi, Santé Canada a annoncé avoir autorisé le premier test sérologique au pays. Une partie du travail du BCCDC consiste à évaluer l'efficacité de ce genre de tests.

Le traitement des tests réguliers se poursuit

Le laboratoire de Vancouver traite chaque jour entre 700 et 800 tests servant à trouver les cas actifs de COVID-19 dans la province, contre 2000 au plus fort de l’épidémie. 

Les chiffres provinciaux montrent que les éclosions communautaires, comme celles dans les centres de soins de longue durée ou les usines de transformation du poulet, sont toujours une menace en Colombie-Britannique, même si le nombre total de cas continue de diminuer.

Mel Krajden debout dans un bureau.

Le docteur Mel Krajden au laboratoire du BCCDC, à Vancouver.

Photo : Ben Nelms/CBC

Cela reste un défi alors que les mesures de distanciation commencent à être assouplies, affirme le Dr Mel Krajden, directeur médical du laboratoire de santé publique du BCCDC. Ce qu’on essaye de faire, c'est de s’assurer qu'il y a suffisamment de tests pour que les décisions en réponse au virus soient prises en temps réel.

Nous voulons être très agiles, très réactifs, et examiner les informations que nous recueillons quotidiennement, pour les utiliser et les partager avec nos médecins hygiénistes dans la province, ajoute-t-il.

Le laboratoire examine également des tests sanguins rapides, dont certains peuvent donner des résultats en 15 minutes.

Avec les informations de Chris Corday et Briar Stewart

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !