•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Coronavirus : une saison incertaine pour des musées de l'Abitibi-Témiscamingue

Le T.E Draper est l'un des attraits du Témiscamingue.

Le T.E Draper est l'un des attraits du Témiscamingue.

Photo : Radio-Canada / Tanya Neveu

Les musées de l’Abitibi-Témiscamingue traversent une période d’incertitude avec le risque de passer une saison estivale à blanc.

Car d’habitude, ces temps sont consacrés aux préparatifs pour recevoir les visiteurs, mais cette année, ce n’est pas le cas puisque les musées restent suspendus aux annonces de Québec.

Ouvrir ou ne pas ouvrir, c’est la question qui taraude l’esprit de la directrice des Promoteurs d'Angliers, Cathy Fraser.

Nous, on a deux sites touristiques à faire visiter. Donc on est en train de faire un plan de match, voir qu’est-ce qu’on va faire. Est-ce qu’on ouvre de un, est-ce qu’on ouvre seulement un site des deux pour s’assurer que tout soit sécuritaire ? Non, présentement, on n’a toujours pas de décision prise.

Cathy Fraser

Elle affirme qu’elle n’est pas encore prête pour ouvrir ses deux sites sachant qu’elle doit mettre en place plusieurs mesures de sécurité pour les visiteurs et les cinq employés qu’elle doit recruter.

Et même si elle devait ouvrir, elle craint de ne pas voir les touristes au rendez-vous.

C'est sûr que le ministère de la Culture, c’est grâce à lui qu’on existe. Mais notre responsabilité c'est d'apporter le tourisme à notre région à Angliers, donc c'est notre gagne-pain primaire, affirme la responsable.

C'est sûr et certain, peu importe si on ouvre cet été et que les visiteurs ne sont pas au rendez-vous vu la situation, on est vraiment perdant parce que c'est grâce à cette saison touristique qu’on réussit à être là. Donc c’est sûr que si on perd les visiteurs, il va falloir demander des subventions parce qu’on n’arrivera pas c’est claire et certain, pour tous les musées de la région et peut-importe au Québec, indique Cathy Fraser.

Musée de la gare, Témiscaming

Musée de la gare, Témiscaming

Photo : Radio-Canada / Boualem Hadjouti

En ces temps d’incertitudes, le musée de la Gare à Témiscaming restera fermé cet été.

Pour l’instant, la directrice Marie-Pier Valiquette affirme que c’est le scénario privilégié, mais que tout peut changer.

On est toujours dans l'attente des directives du gouvernement. Ce qu'on a décidé de faire, c'est de rester fermé et de profiter à ce moment-là [de la situation] pour développer des projets qu'on n'a souvent pas le temps ou la main-d'oeuvre pour réaliser.

Marie-Pier Valiquette

D’après la responsable, les touristes risquent aussi de ne pas être au rendez-vous même si elle devait ouvrir.

Elle compte profiter de cette pause pour se concentrer sur des projets à venir.

On offre toujours une expérience d'exposition temporaire chaque été au musée qui n'est pas terminé en ce moment et là de mettre les bouchées doubles pour terminer ça et se faire dire que finalement on ne pourra pas ouvrir, ça a joué dans la décision. On aime mieux être plus conservateurs de ce côté-là puis pouvoir mieux se préparer pour l'année prochaine, affirme Marie-Pier Valiquette.

Aussi à Témiscaming en 2021 c'est le centenaire, il y a beaucoup de projets dans lesquels le musée est impliqué. Donc on aime mieux se concentrer sur le futur, ajoute-t-elle.

Dans un courriel, le ministère de la Culture affirme travailler sur des solutions pour assurer la reprise des activités des musées.

D'ailleurs, il affirme qu'au début du mois d’avril, les institutions muséales soutenues au fonctionnement par le ministère de la Culture et des Communications (MCC) ont reçu un premier versement correspondant à 50% de l’aide financière à laquelle elles ont droit pour l’année en cours dans le but de donner rapidement des liquidités aux organismes afin qu’ils puissent répondre à leurs obligations financières, dans le contexte où leur fermeture les empêche de générer des revenus autonomes.

En Abitibi-Témiscamingue, sept institutions muséales ont reçu ce premier versement de façon hâtive.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Abitibi–Témiscamingue

Histoire