•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Une boîte courriel pour permettre aux travailleurs de la santé de s'épancher

Une travailleuse attache le dos de la blouse en plastique d'une de ses consœurs.

Des travailleurs de la santé revêtent des habits de protection avant d'entrer au CHSLD Vigi Mont-Royal, à Montréal.

Photo : La Presse canadienne / Ryan Remiorz

Québec a lancé samedi une boîte courriel qui permettra aux travailleurs de la santé de signaler officiellement, mais en toute confidentialité, les situations inacceptables qu’ils vivent au travail. Cette initiative a été aussitôt dénoncée par la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec (FIQ), qui dit que le gouvernement connaît déjà tous les problèmes vécus par ces travailleurs et que toutes les solutions pour les régler lui ont déjà été proposées.

À l’adresse onvousecoute@msss.gouv.qc.ca (Nouvelle fenêtre), le personnel soignant pourra ainsi faire part de ses préoccupations au ministère de la Santé, qui assurera le suivi des commentaires grâce à une équipe formée pour l’occasion.

La ministre de la Santé, Danielle McCann dit vouloir ainsi briser la loi du silence imposée dans certains milieux, plusieurs travailleurs de la santé ayant dit depuis les dernières semaines craindre d’être pénalisés s’ils témoignent de leurs conditions de travail difficiles. Mme McCann soutient vouloir connaître les enjeux qui sont vécus au quotidien par le personnel soignant.

Mais pour la présidente de la FIQ, qui représente 76 000 professionnels du réseau de la santé, cette initiative n’est rien d’autre qu’un « spectacle » destiné à essayer le plus possible que le monde ne s’exprime pas dans les médias, que le monde ne s’exprime pas sur les réseaux sociaux.

Un spectacle qui n’est pas drôle du tout. Moi je vais vous dire une chose : c’est la troisième fois que la ministre annonce la fin de l’omerta, et pour moi, ça ne veut rien dire, a lancé Nancy Bédard en entrevue à ICI RDI.

On a l’impression qu’on rit vraiment de nous.

Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

La représentante syndicale soutient que le gouvernement n’a jamais reçu autant de nouvelles du terrain et qu’il est tout à fait au courant de ce qu’il doit faire pour régler les situations problématiques.

Tous les jours, nous parlons à l’appareil gouvernemental, tous les jours nous parlons à la ministre, tous les jours les présidents de syndicats parlent aux établissements, assure-t-elle.

Nancy Bédard ne pense pas que la création d'une adresse courriel destinée aux professionnels en soins était nécessaire, quand déjà le site Je dénonce a été mis en place par la FIQ pour recueillir les témoignages de façon confidentielle.

J’ai 900 témoignages sur mon site Je dénonce. Je sais que l’appareil gouvernemental le lit tous les jours. […] On a tout envoyé à la ministre. Ce matin, j’ai fait tout renvoyer à son bureau, tous les témoignages, tout ce qu’on lui a demandé.

Nancy Bédard, présidente de la Fédération interprofessionnelle de la santé du Québec

La ministre de la Santé répond à cela que son ministère désire recevoir directement les commentaires des travailleurs pour lui permettre de répondre rapidement à leurs préoccupations.

Ce qu’on souhaite, c’est de régler ces problèmes rapidement. Je vais privilégier le courriel, pas parce qu’on veut cacher quoi que ce soit, mais parce qu’on veut régler. […] Ce ne sera peut-être pas parfait mais j’ai confiance qu’on peut faire un grand bout de chemin avec ce courriel.

Danielle McCann, ministre de la Santé

Nancy Bédard dénonce aussi le fait que le gouvernement va former une équipe pour lire les courriels envoyés à la nouvelle boîte et faire des statistiques, quand, dit-elle, ce dont les professionnels de la santé ont besoin c’est d’équipement et d’arrêter de voir leurs droits bafoués.

Selon elle, les solutions pour régler les problèmes du réseau sont simples et connues du gouvernement.

Pourquoi la ministre ne dit-elle pas simplement aux gestionnaires d’écouter les professionnels en soin et d’arrêter de leur donner des avis disciplinaires?, dit-elle.

Qu’elle arrête de les traiter [les professionnels de la santé] à coup d’arrêtés pour leur enlever des droits, qu’elle leur donne des équipements, qu’elle passe une loi sur les ratios, conclut-elle.

Quant à Danielle McCann, elle garantit que son ministère fera tout ce qui est en son pouvoir pour ne pas que des difficultés additionnelles qui peuvent être réglées s’ajoutent à la situation difficile créée par la COVID-19.

Elle dit aussi vouloir vraiment libérer la parole des travailleurs de la santé en révisant les ententes de confidentialité qui existent dans certains établissements, des propositions qui devraient être faites cet automne, remarque-t-elle.

La ministre confirme par ailleurs que le gouvernement travaille déjà à une réforme importante des CHSLD, et qu’une réforme des soins à domicile et des soins de première ligne se prépare.  

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Politique provinciale

Politique