•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Durement touchée, Longueuil met sur pied des cliniques de dépistage mobiles

Une main gantée tient un écouvillon.

Comme à Montréal, des cliniques mobiles de dépistage verront le jour à Longueuil.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

Radio-Canada

L'agglomération de Longueuil, qui compte moins de 30 % de la population de la Montérégie, mais où on dénombre la moitié de tous les cas de COVID-19 de la région, imitera Montréal et mettra sur pied des cliniques de dépistage mobiles.

Plus de détails seront fournis la semaine prochaine, mais la Direction de la santé publique (DSP) de la Montérégie a déjà indiqué que les secteurs les plus durement touchés seront visés.

Québec dénombre présentement 5110 cas confirmés de COVID-19 en Montérégie. Plus de 2400 d'entre eux se trouvent dans la seule agglomération de Longueuil, qui regroupe cinq villes.

La Ville de Longueuil elle-même compte le plus de cas (1526), suivie par Brossard (418), Saint-Lambert (256), Boucherville (168) et Saint-Bruno-de-Montarville (53).

Selon la directrice de santé publique de la région, la Dre Julie Loslier, plusieurs facteurs pourraient expliquer la raison pour laquelle cette agglomération est la plus touchée de la Montérégie.

Il y a possiblement davantage de travailleurs qui navettent quotidiennement vers Montréal, où l'éclosion est plus importante qu'en Montérégie, a expliqué la Dre Loslier.

Il y a également, sur le territoire de Longueuil, deux gros hôpitaux, Pierre-Boucher et Charles-Le Moyne, et on sait qu'un peu plus du quart de nos cas depuis le début de la pandémie sont liées à des travailleurs de la santé, a-t-elle ajouté.

La Dre Loslier, qui a aussi évoqué le nombre élevé de milieux de vie pour personnes âgées sur le territoire pour expliquer le nombre de cas, veut donc augmenter le suivi épidémiologique pour mieux contrôler la transmission communautaire.

Ça devrait commencer à partir de la semaine prochaine. On va identifier à partir de nos données épidémiologiques où sont les quartiers les plus chauds pour aller faire du dépistage mobile dans ces communautés.

L'économie aussi durement touchée

Comme Longueuil fait partie de la grande région de Montréal, le déconfinement n'y est pas envisagé pour le moment, ce qui a un impact lourd sur la reprise économique.

La mairesse de Longueuil, Sylvie Parent, a ainsi accru l'aide financière destinée aux organismes qui soutiennent les travailleurs qui ont perdu leur emploi dans la foulée du confinement.

On a donné une aide financière de 200 000 $ à Centraide pour être capable de répondre à la demande, qui a presque doublé dans les organismes qui viennent en aide tant au niveau alimentaire, psychosocial ou en hébergement, a-t-elle indiqué.

Les organismes communautaires de l'agglomération constatent d'ailleurs les conséquences des nombreuses mises à pied et estiment n'être qu'au début d'un long marathon. Le recours à l'aide alimentaire a notamment doublé dans la région au cours des dernières semaines.

L'aide alimentaire va continuer à être en forte demande pendant encore plusieurs mois, a prévenu Dany Hétu, directeur général de Moisson Rive-Sud.

Avec les informations de Carla Oliveira et d'Alexandre Touchette

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !