•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Puis-je encore payer comptant quand je fais mes achats?

Le public se pose toutes sortes de questions liées à la pandémie. Nous cherchons des réponses.

Un montage réalisé par les graphistes qui montreun scientifique et un drapeau du Manitoba.

Radio-Canada Manitoba tente de répondre aux questions du public concernant la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

Radio-Canada

Les pièces de monnaie et les billets de banque présentent-ils un danger? Le nouveau coronavirus suscite des questions. Radio-Canada Manitoba les soumet à des experts et aux autorités.

Un texte de Sophie Pelletier

Manipuler de l'argent comptant est-il risqué pour la transmission du coronavirus?

Réponse : payer en espèces pose davantage de risques qu’un paiement par carte bancaire sans contact, mais il suffit de se laver les mains pour atténuer les risques.

Comme l'argent liquide circule beaucoup, les billets et les pièces peuvent porter à leur surface de nombreux pathogènes, et pas seulement le nouveau coronavirus, précise le chimiste et professeur de chimie à l’Université Laval, Normand Voyer.

C’est sûr que là, il y a un risque accru, affirme-t-il. En comparaison, l’usage d’une carte de crédit, qu'une seule personne manipule, vient minimiser les risques de contamination, surtout avec le paiement sans contact.

Y a-t-il une différence entre les pièces de monnaie et les billets de banque?

Comme les billets sont maintenant faits de matière plastique, les billets et les pièces sont considérés comme des surfaces semblables en ce qui concerne le SRAS-CoV-2.

Ce qu’on sait, c’est que sur les surfaces qui ne sont pas absorbantes pour l’eau, le virus va être infectieux plus longtemps, explique Normand Voyer. Pourquoi? Parce que le virus a besoin de l’eau qui se retrouve dans les gouttelettes pour demeurer infectieux. Lorsque la gouttelette sèche, le virus devient inactif.

Tout ce qui est papier ou carton absorbant va absorber l’eau du virus et le virus va être désactivé plus vite, signale Normand Voyer. Il précise que selon des études, le virus peut demeurer infectieux 24 heures sur le carton, tandis qu’il pourrait le rester 72 heures sur le métal et le plastique.

Nos billets sont en plastique et les pièces sont en métal, enchaîne-t-il, ce sont deux surfaces non absorbantes qui vont avoir le même effet sur les particules virales, les gouttelettes qui vont se déposer à la surface.

Le virus peut rester environ trois jours infectieux sur ces surfaces-là.

Normand Voyer, chimiste et professeur de chimie à l’Université Laval

Cela dit, et bien qu'en contexte de pandémie, ce soit toujours une bonne pratique de minimiser tous les risques de propagation, l’utilisation de l’argent comptant n’est pas un problème si les personnes se lavent les mains, se [les] désinfectent, insiste le chimiste.

Normand Voyer précise par ailleurs que payer en argent liquide ne pose pas davantage de risques que d’ouvrir la porte d’un magasin ou que de toucher à une rampe d’escalier.

Ceux qui veulent nettoyer les billets et les pièces peuvent le faire délicatement avec de l’eau et du savon, indique la Banque du Canada, sauf dans le cas des anciens billets en papier.

Notre dossier COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Manitoba

Santé publique