•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Faute de blouses, des écoles spécialisées doivent repousser leur rentrée

Une salle de classe vide photographiée à travers l'œil magique d'une porte.

Une classe vide.

Photo : Reuters / Francois Lenoir

Des écoles spécialisées de la Capitale-Nationale doivent repousser leur rentrée au 25 mai en raison d'un manque de blouses de protection pour le personnel en contact étroit avec les élèves à besoins particuliers.

À la Commission scolaire des Découvreurs, la rentrée des élèves de l’École Madeleine-Bergeron et du secteur autisme de l’École Saint-Michel devait avoir lieu le 13 mai.

On parle d’élèves lourdement handicapés. Il faut changer des couches, gaver certains élèves, explique le directeur général de la commission scolaire, Christian Pleau. Difficile donc, de respecter la distanciation physique.

Depuis trois semaines, la commission scolaire s’affaire à trouver des blouses pour protéger les membres du personnel qui doivent être en proche contact avec les élèves.

Pour deux petites écoles à mandat régional, avec 30 élèves à Madeleine-Bergeron et 40 élèves dans le secteur autisme à Saint-Michel, on évalue qu’il nous faut 1200 blouses par jour.

Christian Pleau, directeur général, Commission scolaire des Découvreurs

Les masques, gants et visières sont arrivés en quantité suffisante, mais les fournisseurs ont été incapables d’assurer l’approvisionnement de blouses à temps pour la rentrée de cette semaine, confirme Christian Pleau.

La commission scolaire indique avoir signé un contrat vendredi, pour une livraison de blouses le 22 mai. Si tout se passe bien, les écoles spécialisées pourront rouvrir le lundi suivant.

Même son de cloche pour l’École secondaire de la Cité à la Commission scolaire de la Capitale, qui accueille des jeunes avec une déficience intellectuelle ou un trouble du spectre de l’autisme.

Malgré toutes les recherches effectuées par notre Service des ressources matérielles, nos fournisseurs ne seront en mesure de nous fournir ces blouses que le vendredi 22 mai, au plus tard, explique par courriel la porte-parole Véronique Gingras.

Les élèves à besoins particuliers qui n’ont pas besoin de soins de proximité pourront quant à eux retourner en classe dès la semaine prochaine.

Du côté de la Commission scolaire des Premières-Seigneuries, on ne signale aucun problème d’approvisionnement du matériel, incluant les blouses. Les élèves des deux écoles spécialisées ont pu rentrer progressivement cette semaine.

Manque de planification?

La situation ne surprend pas la Coalition des parents d’enfants à besoins particuliers.

C’est un constat du manque de vision et de planification du Ministère. On ne comprend pas qu’on ne se soit pas informé des besoins de ces écoles spécialisées, souligne la présidente, Bianca Nugent.

Elle s'étonne qu'il n'y ait pas eu d'entente interprovinciale pour assurer les stocks de blouses de protection.

Au ministère de l’Éducation, on dit être conscient du manque de blouses pour certaines écoles spécialisées, tout en rappelant que les commissions scolaires sont responsables de leur approvisionnement.

Nous avons aussi fait la vérification avec la CNESST qui nous a confirmé que tout type de survêtement, par exemple un sarrau, pouvait remplacer la blouse, ajoute un porte-parole du Ministère par courriel.

Des démarches sont par ailleurs en cours sur le site d’achat regroupé du réseau de l’éducation pour pallier la pénurie de blouses, précise-t-on.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Québec

Éducation