•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les épiciers de quartier font de bonnes affaires depuis le début du confinement

Un homme se tient devant une bâtisse avec la porte ouverte

Denis Samson, propriétaire de l’épicerie Langlois à Saint-Mathieu-du-Parc soutient que les ventes ont augmenté.

Photo : Radio-Canada / JEF

Radio-Canada

De petits épiciers de quartier font de bonnes affaires depuis le début du confinement. Les citoyens semblent profiter de plus en plus des commerces environnants, dans le but de ne pas se déplacer entre les régions.

À Saint-Mathieu-du-Parc, l'épicerie Langlois enregistre une augmentation de près de 40 % de son chiffre d'affaires.

Avant le début de la crise, plusieurs citoyens préféraient normalement faire leurs emplettes à Shawinigan; ils restent maintenant au village et profitent de ce commerce de proximité.

L'épicerie Langlois est d’ailleurs la seule du genre au coeur du village de Saint-Mathieu-du-Parc.

Un homme place des items dans un réfrigérateur de dépanneur.

Les fruits et légumes sont encore plus frais qu'à habitude, étant donné qu'ils sont vendus rapidement.

Photo : Radio-Canada / JEF

Ce qui a de bien, c'est qu'on a des clients qu'on ne voyait pratiquement jamais et qu'on voit fréquemment, se réjouit le propriétaire, Denis Samson. On a gagné des points. Il y a des clients qui aimaient mieux aller à la ville. Ça nous fait bien plaisir de les voir. Dans ce temps-là, on est capables de donner du service.

À Trois-Rivières, le marché Notre-Dame constate le même phénomène. Le commerce enregistre une croissance de près de 25 % de son chiffre d'affaires.

C'est que plusieurs clients craignent d’être contaminés à la COVID-19 en se rendant dans les supermarchés, selon le copropriétaire, Jean-François Cossette.

On a eu beaucoup de témoignages de clients qui, soudainement, de faire la file dehors une demi-heure et d'être dans un endroit où il y a une centaine de personnes en même temps, ils ne se sentaient plus en sécurité, explique-t-il. Plusieurs sont venus essayer à cause de ça. Nous, c'est plus petit. Il y a rarement plus de trois ou quatre clients en même temps.

Les Québécois cuisinent davantage depuis le début du confinement et ces petits épiciers espèrent que ces nouvelles habitudes sont là pour rester.

D'après les informations de Catherine Bouchard.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Mauricie et Centre du Québec

Développement économique