•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un détective de la police d’Ottawa suspendu pour un mème « raciste »

M. Ramsay pose en veston-cravate.

James Ramsay est enquêteur au Service de police d'Ottawa.

Photo : LinkedIn

CBC

Un détective de l’Unité des drogues du Service de police d’Ottawa (SPO) a été suspendu dans le cadre d’une enquête interne à propos d’un mème qualifié de « raciste » et « dégoûtant » par le chef de police Peter Sloly. L'agent James Ramsay, âgé de 39 ans, a été suspendu avec salaire jeudi après-midi.

L’image ayant fait l’objet de l’enquête montre 13 membres du corps policier, la majorité d’entre eux appartenant à une minorité visible. Elle est accompagnée des mots « Service de police d’Ottawa — Nous embauchons toujours… N’importe qui ».

Le mème en question, sur lequel les visages sont floutés.

Le mème montre 13 policiers, principalement des hommes appartenant à des minorités visibles.

Photo : CBC

Le mème a été partagé par plusieurs policiers actifs et retraités, avant d’être remarqué par les dirigeants du SPO. Il vise un certain nombre de personnes racisées au sein de notre service. C’est un acte de racisme et c’est inacceptable, avait affirmé le chef Sloly lors d’une rencontre virtuelle de la Commission de services policiers d’Ottawa, à la fin d'avril.

Peter Sloly dans une mêlée de presse.

Le chef du Service de police d'Ottawa (SPO), Peter Sloly, s'adresse aux médias.

Photo : Radio-Canada / Lorian Bélanger

Une enquête avait été lancée pour trouver l’origine de cette image. Pour le moment, M. Ramsay n’a pas été accusé en vertu de la Loi sur les services policiers. D’autres agents doivent encore faire l'objet d'une rencontre.

C’est une preuve que nous devons réviser notre culture et notre comportement éthique. La culture du Service de police d’Ottawa a besoin d’une amélioration significative.

Peter Sloly, chef du Service de police d'Ottawa

Des policiers qui apparaissent dans le mème font face à diverses accusations. Trois d’entre eux ont été arrêtés par la Gendarmerie royale du Canada pour leur présumée participation dans un stratagème de fraude, de vol et d’abus de confiance. Le chef adjoint Uday Jaswal, qui fait face à des allégations de harcèlement sexuel, figurait sur une deuxième version du mème.

Le mème est un élément culturel propagé de façon virale sur le web. Le mème Internet peut notamment prendre la forme d'une vidéo, d'un site Internet, d'un mot, d'une phrase, d'un personnage ou d'un phénomène. (Source : Office québécois de la langue française)

Une suspension injuste, selon le syndicat des policiers

L’Association des policiers d’Ottawa a qualifié d’« injuste » la suspension de M. Ramsey, affirmant que le chef Sloly a compromis l’enquête en qualifiant le mème de « raciste ».

Le chef a droit à son opinion. Mais puisque les chefs sont les seuls à pouvoir mener une enquête en vertu de la Loi sur les services policiers, il y a un abus de procédure lorsque ce dernier présume de la culpabilité, des faits ou de l’intention, a déclaré le président du syndicat, Matt Skof.

En 2017, CBC signalait que M. Ramsay avait subi des mesures disciplinaires pour avoir conduit une voiture de police banalisée pour se rendre à Montréal.

Ramsay avait perdu le droit de conduire ce véhicule pendant un mois, mais l’incident n’a pas mené à une enquête formelle.

Ce texte a été modifié pour y retirer des éléments liés à l'incident de 2017 impliquant M. Ramsay qui n'étaient pas pertinents.

M. Ramsay n’a pas répondu à la demande d’entrevue de CBC.

Commentaires fermés

L’espace commentaires est fermé. Considérant la nature sensible ou légale de certains contenus, nous nous réservons le droit de désactiver les commentaires. Vous pouvez consulter nos conditions d’utilisation.