•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des « bulles » familiales et davantage d’activités permises en Nouvelle-Écosse

Une femme fait du vélo de montagne alors que des vagues de l'océan frappent des rochers.

Les plages publiques de la Nouvelle-Écosse peuvent maintenant ouvrir.

Photo : Getty Images / Steve Cole Images

Radio-Canada

La Nouvelle-Écosse a annoncé vendredi après-midi l’assouplissement de certaines des mesures imposées depuis le début de la pandémie de coronavirus. 

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

La province introduit la notion de bulle familiale comme elle a été instaurée au Nouveau-Brunswick et à Terre-Neuve-et-Labrador, et dit être plus permissive afin de favoriser la santé mentale des citoyens confinés depuis plusieurs semaines.

Il y a deux semaines, nous avons levé quelques restrictions pour vous permettre de sortir, en demandant que vous suiviez les règles de santé publique. Vous l'avez fait, a déclaré le premier ministre de la Nouvelle-Écosse, Stephen McNeil, faisant allusion à un premier allègement des règles qui avait notamment entraîné la réouverture des parcs et des sentiers.

Par cette bulle, la province permet dès maintenant à deux ménages de se réunir sans avoir à tenir compte de l'éloignement physique. Les ménages qui choisissent de se réunir ne doivent pas être en contact avec d'autres, afin de minimiser le risque de propagation de la COVID-19, dit le gouvernement.

Les familles ne peuvent toujours pas organiser de grands rassemblements comme des fêtes ou des réunions, avertit-on cependant. Lorsque vous choisissez un autre ménage avec qui le vôtre pourra se réunir, vous devez considérer trois facteurs, soit l'âge, l'occupation et l'état de santé de tous les membres du ménage, demandent les autorités de santé publique.

Le Dr Robert Strang, médecin hygiéniste en chef de la Nouvelle-Écosse, a souligné que cette façon de faire ne répondait pas nécessairement aux besoins de tous, comme ceux qui n’ont pas de famille, ou dont les proches vivent hors de la province. Il s’agit d’un premier pas vers la réouverture graduelle de nos réseaux sociaux, a-t-il mentionné.

Ouverture des plages et autres activités

Plusieurs autres activités sont permises par la province. Les gens doivent rester à 2 mètres les uns des autres et ne pas former de groupes de plus de 5 personnes.

Les plages publiques seront ouvertes dès 8 h, samedi.

Le tir à l'arc, les sports équestres, le golf, le canot-kayak, la voile, la navigation de plaisance et le tennis peuvent reprendre aux installations extérieures à compter de 8 h, samedi, à condition que les directives d’éloignement physique et d’hygiène soient observées.

Deux personnes en canot.

Deux personnes font du canot au parc Shubie, à Dartmouth en Nouvelle-Écosse.

Photo : Getty Images / shaunl

Les entraînements de groupe, tournois ou compétitions en équipe, les régates ou toute autre activité semblable demeurent interdits.

L’interdiction de faire des feux en plein air à moins de 305 mètres (1000 pieds) d’une région boisée, y compris les feux de broussailles et les feux sur la plage, est prolongée dans toute la province jusqu’au 1er juin.

À quand la réouverture des commerces?

Durant la conférence de presse tenue vendredi après-midi avec le Dr Robert Strang, le premier ministre Stephen McNeil a dû répondre à des questions sur la reprise des activités économiques de la province et la réouverture des commerces.

Vendredi, il y avait 61 Néo-Écossais qui luttaient contre la COVID-19. De ce nombre, il n’y a que 19 personnes atteintes qui ne sont pas des résidents ou des employés d’un centre de soins pour personnes âgées.

La Nouvelle-Écosse préconise une approche différente de celles des autres provinces, a soutenu M. McNeil. Au lieu d’une réouverture par étapes, il affirme que son gouvernement est en pourparlers avec des organisations qui représentent des secteurs d’activité économique, comme des groupes de restaurateurs, pour s’assurer que leurs membres aient des protocoles de santé publique bien en place dès qu’ils pourront ouvrir leurs portes.

Stephen McNeil, assis et souriant, devant trois drapeaux de la Nouvelle-Écosse.

Stephen McNeil, premier ministre de la Nouvelle-Écosse, le 15 mai 2020.

Photo : Radio-Canada

Le Dr Strang, a dit M. McNeil, doit compléter ses consultations avec ces différents groupes avant que des réouvertures soient annoncées.

Le premier ministre recommande aux entrepreneurs et aux propriétaires d’entreprises de communiquer avec les groupes ou organisations qui peuvent parler en leur nom, afin de travailler avec les autorités de santé publique.

Quand nous déciderons d’ouvrir, une large part de notre économie rouvrira en même temps, dit M. McNeil.

Nous comprenons votre empressement à ouvrir, a-t-il poursuivi, s’adressant au secteur privé. Continuez de préparer vos entreprises, et nous pourrons lever les restrictions.

Nous travaillerons avec vous pour remettre votre entreprise sur pied, a affirmé le premier ministre.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Nouvelle-Écosse

Santé publique