•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

« On fait juste s'amuser », disent les créatrices d'une poutine arc-en-ciel

Une poutine avec du fromage de toutes les couleurs de l'arc-en-ciel, dans un contenant ouvert sur une table.

La poutine au fromage arc-en-ciel du casse-croûte Frais Délices, à Rivière-du-Loup, a fait jaser sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Alexis Boulianne

Alexis Boulianne

Quand elles se sont mises à colorer du fromage en grains pour l’ajouter sur la poutine de leur casse-croûte de Rivière-du-Loup, Frais Délices, Sandra St-Jean et Jennifer Dumont ne se doutaient pas que leur boutade serait partagée des centaines de fois et que la publication récolterait des milliers de commentaires sur les réseaux sociaux. 

On faisait ça pour rire, explique Sandra St-Jean. Nous deux, on fonctionne souvent avec des “t’es pas game”, alors quand est venue la semaine de la poutine, on a décidé de faire du fromage arc-en-ciel avec du colorant alimentaire.

Il faut le prendre au premier degré, on faisait ça pour faire rire les enfants, continue sa collègue Jennifer Dumont, bien consciente de l’aspect ridicule de sa poutine.

Elles disent ne pas être du genre à ajouter du foie de canard sur leur poutine. On va laisser ça à d’autres, souligne Jennifer. Nous, c’est frites-sauce-fromage.

Sandra St-Jean et Jennifer Dumont posent devant leur fromage coloré.

Sandra St-Jean et Jennifer Dumont ne se doutaient pas que leur poutine serait partagée des centaines de fois et qu’elle récolterait des milliers de commentaires sur les réseaux sociaux.

Photo : Radio-Canada / Alexis Boulianne

Quand elles se sont réveillées jeudi matin et que leur poutine arc-en-ciel faisait parler d’elle dans le Journal de Montréal, à l’émission Salut Bonjour et sur un groupe Facebook à propos du coronavirus rassemblant 375 000 membres, Sandra et Jennifer ont eu un petit moment de vertige.

On ne faisait pas ça pour la publicité, mais finalement, on a fait parler de nous, souligne Jennifer.

Parmi les milliers de commentaires, on lit beaucoup de réactions outragées, horrifiées et dégoûtées. Ça ne nous dérange pas, les commentaires négatifs qu’on reçoit, renchérit Sandra. Comme on dit, parlez-en en mal, parlez-en en bien, mais parlez-en!

Un changement de cap

Frais Délices trône fièrement au sommet de la rue Lafontaine, l’artère commerçante de Rivière-du-Loup, depuis plus de 40 ans. Lorsqu’elles ont repris les rênes du restaurant, il y a six ans, les deux femmes sont arrivées avec de nouvelles idées, comme celle de mettre en place un site web pour les commandes à emporter. Je n’aurais pas voulu être en train de tester un nouveau site web en plein confinement!, s’exclame Sandra.

Une cuisinière du restaurant travaille derrière un ruban de protection.

Les cuisinières du restaurant regardait les deux propriétaire d'un drôle d'air lorsque celles-ci tentaient de colorer du fromage en grain.

Photo : Radio-Canada / Alexis Boulianne

Quand la crise de la COVID-19 est arrivée, on était prêtes à faire face à tout ça, fait-elle savoir. Les commandes pour emporter, c’était déjà 80 % de notre chiffre d’affaires!

Jennifer et Sandra se rappellent avec hilarité les regards curieux et perplexes qui venaient de la cuisine lorsqu’elles étaient en train de colorer des grains de fromage pour leur « POUTID-19 ». Certaines cuisinières sont là depuis plus de 20 ans, explique Sandra. Pour elles, un club sandwich, une poutine, ça se fait de telle manière, on ne peut pas changer la recette. On ne voulait pas les impliquer dans notre délire.

Sandra St-Jean rappelle que Frais Délices est avant tout un restaurant de quartier, qui sert une clientèle fidèle de travailleuses et de travailleurs. 

Elle raconte comment le personnel du même chantier se rassemblait dans la salle à manger le midi, avant les mesures de confinement, échangeant des taquineries bon enfant. Le filage est mieux d’être fini quand je vais revenir de dîner!, lançait par exemple le plâtrier à l’électricien. Cette ambiance festive se faisait sentir presque tous les jours, créant un sentiment de communauté fort, explique Jennifer.

L’essence du casse-croûte, c’est de nourrir rapidement cette clientèle qui retournait au travail ensuite. Avec ses plats pour emporter, Frais Délices remplit désormais sa mission à distance.

Un client attend sa commande dans un restaurant.

Les clients du casse-croûte Frais Délices doivent maintenant profiter de leur nourriture à la maison.

Photo : Radio-Canada / Alexis Boulianne

Bien sûr, durant le confinement imposé par le coronavirus, le réconfort offert par la graisseuse poutine est substantiel. Une poutine, ça goûte les étés, les vacances, le laisser-aller; finalement, tout ce que nous n’avons pas présentement.

Alors, qu’on parle de leur poutine en bien ou en mal, les deux propriétaires du casse-croûte Frais Délices savent parfaitement que l’essentiel, c’est de mettre un sourire sur le visage des gens en cette période difficile. Pourquoi pas avec du fromage arc-en-ciel?

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Restaurants

Alimentation