•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Malgré la levée des contrôles, Mathieu Lacombe demande aux Ontariens de rester chez eux

Des agents de police interceptent les automobilistes à un poste de contrôle.

Un barrage routier sur le pont Champlain, à Gatineau

Photo : Radio-Canada / Jonathan Dupaul

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Le gouvernement québécois supprimera les contrôles policiers aux ponts interprovinciaux entre Ottawa et Gatineau dès lundi. Le ministère de la Sécurité publique du Québec en a fait l'annonce vendredi après-midi, tout en mettant l'accent sur l'importance d'être prudent face à la pandémie de COVID-19.

L'accès au territoire de la ville de Gatineau et de la MRC des Collines‑de‑l'Outaouais, touchant à l'Ontario, sera [...] permis dès le 18 mai, peut-on lire dans un communiqué du ministère.

A priori, cette nouvelle pourrait inciter bon nombre de résidents de l'Ontario à se rendre en Outaouais, notamment s'ils y sont propriétaires d'une résidence secondaire. Or, le ministre responsable de la région a rapidement précisé que la levée des contrôles policiers est, selon lui, tout sauf une invitation aux déplacements jugés non essentiels.

Ça ne veut pas dire qu'on encourage les gens de l'Ontario à venir au Québec. Je dirais même que c'est tout à fait le contraire, a lancé Mathieu Lacombe en entrevue à Radio-Canada. Si le déplacement n'est pas essentiel, on demande aux résidents de l'Ontario de rester chez eux et c'est la même chose pour les résidents du Québec. On leur demande de ne pas aller en Ontario.

M. Lacombe a souligné que des gens de sa circonscription de Papineau, notamment, sont inquiets de voir beaucoup d'Ontariens débarquer dans leur chalet lorsqu'il n'y aura plus de contrôles policiers. Il a affirmé que les policiers québécois auront encore le pouvoir de remettre une contravention à une personne s'ils jugent son déplacement comme étant non essentiel.

« Quand les gens nous amènent l'argument qu'ils paient des taxes au Québec et puis qu'ils ont le droit de venir à leur chalet, ça me fait un peu sourciller, parce qu'on est dans une situation où il y a des gens qui perdent la vie, où il y a des gens qui meurent du virus.  »

— Une citation de  Mathieu Lacombe, ministre responsable de l'Outaouais

Dans son communiqué, le ministère de la Sécurité publique souligne d'ailleurs que ces assouplissements ne constituent pas une incitation à favoriser un plus grand nombre de déplacements vers ces régions, ceux-ci ne devant être effectués que lorsque cela est nécessaire.

Notre dossier COVID-19 : ce qu'il faut savoir

Le maire d'Ottawa heureux

Les contrôles policiers aléatoires entre les deux rives de la rivière des Outaouais ont causé beaucoup de frustrations au cours des dernières semaines. Chaque jour, ce sont normalement des dizaines de milliers de personnes qui traversent les ponts.

Le maire d'Ottawa, Jim Watson, s'est réjoui sur Twitter de l'annonce de la levée de ces contrôles. Je suis heureux que le gouvernement du Québec ait finalement annoncé sa décision d'ouvrir la frontière entre Ottawa et Gatineau , a-t-il gazouillé.

« Je ne comprends toujours pas ce qui a été accompli [avec ces contrôles], mais je suis heureux que les résidents des deux côtés de la rivière puissent passer librement. »

— Une citation de  Jim Watson, maire d'Ottawa

M. Watson aurait toutefois souhaité que les contrôles soient supprimés immédiatement. C’est dommage qu’ils n’ouvriront pas la frontière avant la fin du long week-end, a-t-il écrit.

Cette semaine, un résident de 70 ans d'Ottawa a été accusé de menace de mort. Il avait affirmé vouloir tirer sur les policiers du Service de police de la Ville de Gatineau (SPVG) si les contrôles imposés en raison de la pandémie de la COVID-19 se poursuivaient.

D'autres résidents de l'Ontario ont dénoncé le fait qu'ils ne pouvaient pas avoir accès à leur résidence secondaire en Outaouais en raison de ces contrôles. Les Québécois peuvent se rendre à leur chalet en Outaouais depuis lundi, alors que tous les autres barrages policiers de la région ont été supprimés.

Avec les informations de Jérôme Bergeron et Jérémie Bergeron

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...