•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les ventes de maisons ont plongé de 57,6 % en avril au Canada

Une pancarte « À vendre » devant une maison

Cette chute des ventes sur les marchés immobiliers était annoncée à cause de la COVID-19.

Photo : Radio-Canada

La Presse canadienne

Les ventes d'habitations canadiennes ont chuté de plus de moitié en avril, l'épidémie de COVID-19 ayant freiné l'activité du marché, a indiqué vendredi l'Association canadienne de l'immeuble (ACI).

Selon l'association, les ventes de maisons en avril ont diminué de 57,6 % par rapport au même mois de l'année précédente et de 56,8 % par rapport au mois de mars. Le volume de transactions a été le plus faible pour un mois de mars depuis 1984.

L'activité a diminué de 66,2 % dans la région du Grand Toronto, de 57,9 % dans le Grand Vancouver, de 51,5 % à Ottawa et de 42 % à Winnipeg.

À l'échelle nationale, les nouvelles inscriptions ont diminué de 55,7 % de mars à avril, mais les niveaux de maisons inscrites à la vente ont bondi à 9,2 mois en avril, comparativement à 4,3 mois en mars. Ceci s'explique par le fait que les anciennes inscriptions sont demeurées actives pendant que les ventes chutaient.

Le prix de référence composé a diminué de 0,6 % en avril par rapport à mars, enregistrant sa première baisse mensuelle depuis mai dernier, mais il est toujours en hausse de 6,4 % sur une base annuelle.

Le prix moyen national des maisons vendues en avril était d'un peu plus de 488 000 $, en baisse de 1,3 % par rapport au même mois l'an dernier. En excluant les marchés à prix élevés de Toronto et de Vancouver, le prix moyen était inférieur à 392 000 $.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Immobilier

Économie