•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Vers une interdiction des thérapies de conversion à Calgary

Une femme, vue de dos, agite un drapeau de la fierté lors du défilé de la Fierté.

Des personnes ayant subi une thérapie de conversion ont été mises à l'honneur lors du défilé de la Fierté, à Calgary en septembre 2019.

Photo : Radio-Canada / Helen Pike

Radio-Canada

Les thérapies de conversion pourraient bientôt être interdites à Calgary. Un comité a approuvé à l’unanimité jeudi un projet de règlement municipal, après de nombreux témoignages sur les souffrances provoquées par ces pratiques qui visent à modifier l’orientation sexuelle.

Le projet de règlement sera soumis au conseil municipal avant la fin du mois.

Le vote de jeudi a mis fin à deux jours de consultation pendant lesquels 121 personnes ont témoigné, la plupart pour soutenir la proposition et, dans certains cas, pour s’y opposer.

Pratiques discréditées

Les thérapies de conversion, parfois appelées thérapies de réorientation sexuelle, sont des interventions psychologiques ou religieuses censées changer l’orientation sexuelle ou l’identité de genre d’une personne. Elles sont dénoncées par la plupart des organisations de psychiatres et de psychologues.

À tous ceux qui ont souffert des effets des thérapies de conversion et qui continuent de souffrir des traumatismes qu’elles causent, je dis que je suis vraiment, vraiment désolé, a déclaré le conseiller Evan Wooley.

10 000 $ d'amende

Le règlement proposé interdirait aux entreprises d’offrir une telle thérapie, sous peine d’une amende allant jusqu’à 10 000 $.

Les interventions visant à accompagner une personne qui mène une transition de genre resteront permises, de même que celles visant à aider les gens à mieux se comprendre et à s’accepter.

Cinq provinces et huit autres municipalités albertaines ont interdit ces pratiques.

Le gouvernement conservateur albertain a décidé de ne pas poursuivre les consultations engagées par les néo-démocrates qui envisageaient une interdiction dans la province avant de perdre les dernières élections provinciales.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !