•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
Ève Marie Forcier peinture une porte, dans sa cour-arrière.

Ève Marie Forcier a choisi de prendre quatre semaines de vacances, en pleine période de confinement

Photo : Radio-Canada / Conceptualisation : Geneviève Tardif

Voilà maintenant deux mois que l’Alberta fonctionne au ralenti en raison de la pandémie de la COVID-19. Même si tranquillement le déconfinement s’est amorcé, on est encore bien loin de pouvoir retrouver notre vie d’avant. Parce qu’il sera sans doute impossible de voyager encore pour quelques mois et parce qu’on ne pourra pas assister à des événements publics de grande envergure, plusieurs de mes collègues d’ICI Alberta (et j’en suis aussi) ont décidé de reporter le plus tard possible la prise des vacances annuelles. Ce n’est pas le cas d’Ève Marie Forcier, qui elle, a décidé de prendre quatre semaines de vacances, en pleine période de confinement.

Maintenant première réalisatrice, celle qui a animé le café show de 1998 à 2004 s’est dit que tant qu’à rester à la maison pour les vacances, aussi bien les prendre tout de suite pour faire des travaux de rénovation.

Quand le beau temps se pointera finalement, elle sera en mesure d’en profiter avant et après son quart de travail.

Je connais Ève Marie depuis 1999. À l’époque où j’animais l’émission du matin à la radio communautaire CKRP-FM, nous avions coanimé une émission spéciale lors du Carnaval de Saint-Isidore.

Depuis mon embauche à Radio-Canada en 2002, j’ai souvent eu l’occasion de travailler en collaboration avec elle.

Vaut mieux en rire

Ève Marie et moi partageons une passion pour le monde des médias, mais ce qui nous unit le plus, c’est notre passion pour l’humour.

En 1994, année de son embauche à Radio-Canada, Ève Marie et quelques collègues ont créé Le RiRe, une revue humoristique de l'année à saveur franco-albertaine, une sorte de Bye Bye franco-albertain.

J’ai eu la chance de me joindre à l’équipe en 2002, et jusqu’en 2016, avec nos acolytes, Ève Marie et moi avons préparé annuellement un grand spectacle d’humour.

Même si la Gang du RiRe n’a pas présenté de revue de l’année depuis trois ans, l’équipe est toujours en contact et notre complicité est toujours bien présente.

Comme je ne l’avais pas vu depuis deux mois, car comme moi, Ève Marie travaille maintenant de chez elle, et parce qu’elle venait de célébrer un anniversaire important, j’ai décidé de la contacter pour savoir comment elle vivait ses vacances et son confinement.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Alberta

Coronavirus