•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Encore contre le projet, Sylvain Gaudreault appuie la relance du BAPE sur GNL Québec

L'homme fait face à un micro lors d'une conférence de presse

Le député de Jonquière Sylvain Gaudreault

Photo : Radio-Canada

Même s'il est toujours opposé au projet de GNL Québec, Sylvain Gaudreault appuie la demande des chambres de commerce de la région pour que le BAPE relance ses travaux.

Le député péquiste de Jonquière a participé jeudi à une visioconférence d'une heure avec les membres de la Chambre de commerce et d'industrie Saguenay-Le Fjord (CCISF) en compagnie de son collègue Martin Ouellet, député de René-Lévesque.

Mercredi, les cinq chambres de commerce avaient publié une lettre ouverte dans laquelle ils demandaient à Québec de relancer les travaux du Bureau d'audiences publiques sur l'environnement pour le projet d'usine de liquéfaction de gaz naturel au port de Grande-Anse. Le mandat avait été annulé le 13 mars, alors que les premières audiences publiques devaient débuter le 16 mars. Pour reprendre, le ministre de l'Environnement, Benoit Charette, doit accorder un tout nouveau mandat.

Au terme d'un échange qui a duré une heure entre les deux députés, la directrice générale de la CCISF, Sandra Rossignol, et des membres, le député a accepté d'appuyer la demande du regroupement. Pour vous démontrer ma bonne foi (...) je suis favorable à vous appuyer pour demander la reprise des travaux du BAPE. Je ne serai jamais, jamais contre le BAPE. Au contraire, c'est une institution qui est une de nos forces au Québec, d'avoir un Bureau d'audiences publiques sur l'environnement. Bien sûr que je vais vous appuyer, pour voir comment en mode virtuel on peut relancer les travaux du BAPE. Ceci étant dit, vous savez que je suis contre le mandat qui a été donné, mais une fois que le mandat a été donné, je vais m'assurer qu'il soit fait, a-t-il mentionné.

Auparavant lors de la visioconférence, Sylvain Gaudreault avait plutôt lancé un appel à la chambre de commerce pour qu'elle fasse aussi la promotion de l'économie verte, dans la même mesure qu'elle le fait pour GNL Québec. Comme il l'a répété à de nombreuses reprises, le député croit que la région est bien positionnée pour devenir un leader mondial en ce sens. Il a rappelé entre autres le projet Elysis de Rio Tinto, soit de l'aluminium produit sans émissions, et l'annonce de la fabrication de fibre cellulosique à l'Usine Kénogami de Produits forestiers Résolu.

Le candidat à la chefferie, dont la course est sur pause présentement, a rappelé qu'il s'est toujours opposé au fait que Québec a accepté la division du projet en deux, soit une entreprise pour le gazoduc et une autre pour l'usine. J'ai été le premier à demander dans la région que le BAPE sur le projet GNL soit un seul bureau avec un mandat global de l'extraction du gaz jusqu'à son exportation sur les marchés. Le gouvernement a choisi de faire deux BAPE avec des mandats différents, un pour le gazoduc et un pour l'usine. Alors, moi je pense que ce n'est pas ce qui aurait dû être fait, mais c'est fait. Ceci étant dit, je vais vous appuyer. Je peux écrire, je peux en parler au ministre de l'Environnement pour que le BAPE sur Énergie Saguenay procède, a-t-il conclu.

Pour ce qui est des autres demandes dans la lettre, Sylvain Gaudreault a mentionné qu'il aimerait en discuter avec Sandra Rossignol et le président de la CCISF, Carl Laberge.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Environnement