•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

En anglais seulement : une politique « épouvantable » de Dollarama

Un magasin Dollarama de Regina, vu de l'extérieur.

L'événement est survenu dans un Dollarama de Regina.

Photo : CBC

Radio-Canada

La Fédération des travailleurs de la Saskatchewan décrit la politique de Dollarama consistant à imposer l'anglais seulement à ses employés dans les magasins comme étant « épouvantable ».

Cette réaction fait suite à un événement survenu dimanche dernier dans un Dollarama de Regina. Un client, Jay Bercades, entend des employés parler le tagalog. Par la suite, une employée qui se présente comme leur superviseure leur dit « sur un ton sévère » de parler « en anglais seulement ».

« Le ton et la manière » employés ont alerté ce dernier, M. Bercades, qui a demandé à cette superviseure pour quelle raison elle donnait cette consigne aux employés. Elle lui a répondu : C’est le règlement, raconte-t-il.

Par courriel, Dollarama confirme qu’il y a bien une politique à ce sujet. Nous demandons à nos employés de parler anglais dans l’espace de vente afin d’assurer une communication claire entre les membres de l’équipe et les clients, écrit la personne-ressource pour les médias, Lyla Radmanovich.

Jay Bercades estime que l’entreprise devrait réexaminer sa politique, ne serait-ce que pour « reconnaître la diversité des employés ».

Lori Johb en entrevue avec divers médias.

La présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan, Lori Johb (archives).

Photo : Radio-Canada

Lori Johb, la présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan signale qu’elle était surprise, voire choquée, d’apprendre qu’une telle politique existait encore en 2020.

Pour moi, c’est une politique très raciste. Réprimander des travailleurs qui parlent dans leur langue maternelle alors qu’ils ne s'occupent même pas d'un client est épouvantable.

Je pense que nous devons être plus ouverts que cela.

Lori Johb, présidente de la Fédération des travailleurs de la Saskatchewan

Le Code des droits de la personne de la Saskatchewan ne prévoit pas de protection particulière pour la langue.

Avec les informations de CBC

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saskatchewan

Société