•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Lévis veut se doter du plus beau jardin communautaire au Québec

Le site de la ferme Chapais.

Le site de la ferme Chapais à Lévis a une superficie comparable à la moitié de celle des plaines d'Abraham.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

La Ville de Lévis veut profiter de la pandémie pour se doter du plus gros jardin communautaire au Québec. Devant l'engouement pour l'agriculture urbaine, le maire Lehouillier demande au gouvernement fédéral de lui prêter les terrains de la Ferme Chapais.

Entre 1914 et 1982, le site a été utilisé comme station de quarantaine animale, puis est devenu une ferme expérimentale jusqu’à sa fermeture en 2014. Gilles Lehouillier souhaite depuis plusieurs années en faire l'acquisition pour la somme symbolique d'un dollar.

Les terres sont prêtes, on pourrait facilement créer des lots pour des jardins communautaires dès cet été, estime le maire de Lévis.

Affiche à l'entrée du site de la ferme Chapais.

La ferme Chapais est la propriété d'Agriculture et Agroalimentaire Canada.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Lavoie

Une trentaine de lots de jardinage pourraient être développés sur le site de 40 hectares, selon lui.

On a fait faire des vérifications sommaires à la Ville, les sols sont d'excellente qualité.

Gilles Lehouillier, maire de Lévis

À lui seul, le site de la Ferme Chapais donnerait autant de lots que quatre des cinq jardins communautaires déjà accessibles à Lévis. Des discussions avec le cabinet du ministre Jean-Yves Duclos pourraient se conclure au cours des prochains jours, croit Gilles Lehouillier.

À vos jardins, citoyens

Entre temps, Lévis ouvrira ses jardins à partir du 18 mai, suivant certaines restrictions en raison de la pandémie.

En plus de son projet avec la Ferme Chapais, la Ville veut aussi ouvrir trois autres sites au cours des deux prochaines années.

Le maire Lehouillier souhaite toujours s'entendre avec le gouvernement fédéral pour une acquisition en bonne et due forme du site. Cependant, des consultations publiques sur la vocation des terres ont été repoussées en raison de la pandémie.

Avec les informations de Marc-Antoine Lavoie

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !