•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Des écoles utilisées pour la garde d'enfants à l'Î.-P.-É.?

L'École Évangéline est située dans la région francophone d'Abram-Village à l'Île-du-Prince-Édouard.

L'École Évangéline est située dans la région francophone d'Abram-Village à l'Île-du-Prince-Édouard.

Photo : Radio-Canada

François Pierre Dufault

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard a l'intention d'utiliser des écoles pour offrir des services de garde d'enfants lorsque ceux-ci seront autorisés à reprendre leurs activités dans la deuxième phase du plan de déconfinement de la province, à compter du 22 mai prochain.

Le premier ministre Dennis King dit que son gouvernement tente d'orchestrer le retour de milliers d'enfants dans des services de garde. Il reconnaît d'emblée que la situation crée beaucoup d'inquiétude chez les parents.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Avant le début de la pandémie de la COVID-19, la province estimait qu'il y avait environ 6150 enfants inscrits dans des centres de la petite enfance (CPE), environ 2200 enfants d'âge scolaire inscrits dans des programmes de garde avant et après l'école, et environ 1500 enfants qui fréquentaient des services de garde privés.

Des services de garde d'urgence ont été offerts gratuitement ou à faible coût à quelque 850 enfants de travailleurs essentiels qui ont continué à travailler pendant la pandémie.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard prévoit qu'un peu plus d'une centaine de CPE seront en mesure de rouvrir leurs portes à compter du 22 mai, pour un total de 1100 places supplémentaires en garderie.

Mais alors que les écoles de la province demeurent fermées jusqu'à la fin de l'année scolaire, Dennis King laisse entendre que leurs locaux pourraient être utilisés par des services de garde afin de respecter les directives d'éloignement physique.

Nous savons que nous avons une autre réalité : nous avons maintenant des milliers d'élèves qui ne sont pas à l'école, mais beaucoup d'entre eux devront être gardés, explique-t-il.

Le premier ministre dit que son gouvernement travaille avec la Direction des écoles publiques de langue anglaise et la Commission scolaire de langue française de l'Île-du-Prince-Édouard afin de trouver des locaux supplémentaires.

Rappelons que les six centres scolaires et communautaires de langue française de la province abritent déjà une école et un CPE sous un même toit.

Nous savons que nous devons changer la façon dont nous dispensons les programmes, et que les endroits où certains de ces programmes sont dispensés doivent changer également, précise Dennis King. L'éloignement physique et les autres directives sanitaires qui sont en cours en ce moment vont évidemment entraîner une réduction de la taille des groupes.

Le gouvernement de l'Île-du-Prince-Édouard compte aussi réintroduire les frais de garde de façon progressive. Du 22 mai au 26 juin, les parents, dont les enfants sont inscrits dans un CPE ou une garderie privée, auront droit à une subvention temporaire de 75 $ par enfant par semaine.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Île-du-Prince-Édouard

Éducation