•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Rencontre entre la STO et les élus d'Ottawa, vendredi

Le train circule sur un des deux côtés de la voie routière.

Une esquisse représentant un train circulant le long du chemin d'Aylmer, à Gatineau.

Photo : Société de transport de l'Outaouais

Radio-Canada

Les élus d'Ottawa sauront vendredi comment la Société de transport de l'Outaouais (STO) propose d'arrimer son futur tramway dans la capitale fédérale.

La rencontre permettra d'identifier les scénarios pour arrimer les systèmes de la STO et du train léger d'OC Transpo, en plus de préciser si la construction d'un tunnel ou d'autres stations seront nécessaires pour accueillir les usagers gatinois.

Cette étape de l'étude complémentaire sur le lien structurant de l'ouest a été devancée à la demande des élus d'Ottawa.

L'étude qui est toujours en cours, a déjà établi qu'un système qui repose uniquement sur des autobus ne serait pas viable alors que le nombre d'usagers sur le Pont du Portage, lien privilégié pour la traversée du futur tramway, passera de 3500 à 7500 à l'heure d'ici 15 ans.

Il reste donc trois scénarios possibles pour le nouveau système de transport : un qui mise uniquement sur un tramway et deux qui misent sur un système hybride de tramway et d’autobus.

Selon les plans proposés en janvier par la STO, deux axes seront aménagés. L’un des deux sera au sud, empruntant le chemin d’Aylmer, l’autre sera plus au nord et desservira le secteur du Plateau.

L'échéancier du dépôt du scénario final n'est pas encore connu.

Le conseiller du quartier Rideau-Vanier d'Ottawa, Mathieu Fleury, estime que la STO ne doit pas mettre tous ses œufs dans le même panier pour ne miser que sur un seul corridor reliant Gatineau à Ottawa. Je crois en une vision ultime, mais je crois aussi à offrir différents corridors, explique le conseiller. Le pont du Portage pourrait être une belle option, mais on ne doit pas négliger d’autres options qui pourraient amortir cette période-ci et devenir des corridors alternatifs à plus long terme.

Avec les informations de Nathalie Tremblay

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !