•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Les finances de la Ville d'Ottawa durement touchées par la pandémie de COVID-19

La façade en verre, avec le logo de la Ville, est prise en contre-plongée

La façade de l'hôtel de ville d'Ottawa (archives).

Photo : Radio-Canada

La pandémie de COVID-19 est un coup dur pour les finances de la Ville d'Ottawa, qui affiche actuellement une perte d'un million de dollars de revenus par jour.

Les municipalités fournissent un plus grand nombre de services [la santé publique, la police, les pompiers et les ambulanciers paramédicaux] et on voit une augmentation des coûts depuis les neuf dernières semaines, a expliqué le maire Jim Watson, lors d'une réunion du conseil municipal à laquelle les conseillers Rick Chiarelli et Diane Deans n'ont pas assisté.

Bien que le maire écarte l'idée d'une crise en ce moment, il craint que cela en devienne une si la situation perdure pendant cinq ou six mois. Ce sera un défi pour nous, et pas seulement ici à Ottawa, mais aussi pour toutes les municipalités, a-t-il affirmé.

La Ville d'Ottawa estime qu'elle va se retrouver en juin avec un manque à gagner de 66 millions de dollars. De plus, ses pertes nettes s'élèveront à près de 200 millions fin 2020.

Elle dit avoir besoin d'aide pour combler ce trou béant dans ses coffres, et pour se faire, elle appuie le caucus des grandes villes de l'Ontario et la Fédération canadienne des municipalités, qui demandent aux gouvernements fédéral et ontarien un financement de sûreté de 10 milliards de dollars.

Notre dossier : La COVID-19 en Ontario

Le maire Watson a par ailleurs indiqué que la Ville cherche à pourvoir le poste de vérificateur général. En poste depuis le 15 décembre 2013, Ken Hughes verra son mandat prendre fin en décembre prochain.

Avec les informations de Pascale-Marie Dufour

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !