•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Un litige possible entre des entrepreneurs et Saguenay

Un avocat dans son bureau.

L'avocat Régis Gaudreault représente des entrepreneurs qui ont peur que Saguenay ne paie pas pour leurs mesures sanitaires.

Photo : Radio-Canada / Priscilla Plamondon-Lalancette

Des entrepreneurs qui ont décroché des contrats de Saguenay s'inquiètent des coûts supplémentaires engendrés par la crise de la COVID-19.

C'est qu'un document acheminé par l'administration Néron laisse entendre qu'ils devront assumer seuls les frais liés aux nouvelles mesures sanitaires.

Cinq entrepreneurs qui ont décroché des contrats avec la Ville de Saguenay avant la crise du coronavirus ont fait appel aux services de l'avocat Régis Gaudreault. Les prix fixés dans leurs soumissions n'incluaient pas les coûts imprévisibles engendrés par la pandémie. Ils croyaient que la Ville en assumerait la charge jusqu'à ce qu'ils reçoivent un document il y a quelques jours.

C'est clair, net et précis que selon l'addenda que j'ai devant mes yeux, ils ne payeront pas.

Régis Gaudreault, avocat

Pourtant, le ministère des Transports du Québec rembourse les frais liés aux règles sanitaires ou à la fermeture des chantiers. C'est cette apparente iniquité que dénonce Me Gaudreault. Mme Néron a dit souvent : "On va soutenir nos entrepreneurs, on veut que l'activité économique reprenne." Mais à un moment donné, il faut que les bottines suivent les babines, comme on dit. Nous le message qu'on lance à la Ville c'est : "Je pense que vous pourriez réviser votre position", a-t-il stipulé.

La Ville a admis mercredi, par l'entremise du porte-parole Jeannot Allard, que s'il y a des imprévus qui ne sont ni sa faute , ni celle de l'entrepreneur, l'administration va négocier de bonne foi. Si vous soumissionnez maintenant, tenez compte des nouvelles normes qu'il faut appliquer en ce qui concerne la COVID-19, dans le cas des anciennes normes, on nous dit que les entrepreneurs sont prêts à respecter leurs prix. Si jamais il y a du questionnement là, il ne faut pas se gêner, il faut parler aux gens de chez nous. Soyez assurés que la Ville n'a pas l'intention de mettre aucune entreprise en péril ou encore aucune entreprise dans le pétrin, a-t-il rétorqué.

Les entrepreneurs espèrent que les documents officiels de la Ville seront modifiés pour refléter cette pensée.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

Saguenay–Lac-St-Jean

Industrie de la construction