•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Montréal réclame l’aide de Québec et d'Ottawa pour acheter des masques

Le premier ministre François Legault se dit prêt à financer l'achat de ces masques.

Valérie Plante qui porte un masque.

La mairesse de Montréal, Valérie Plante, réclame une aide financière des gouvernements du Québec et d'Ottawa pour l'achat de masques.

Photo : Radio-Canada / Ivanoh Demers

« On va aider. On est prêt à financer les masques » à Montréal, a affirmé mercredi le premier ministre du Québec, François Legault, lors de son point de presse sur l'état de la pandémie dans la province.

Je suis un peu inquiet actuellement de la situation qu’on va vivre dans les prochaines semaines dans le transport en commun, a-t-il admis

Au fur et à mesure, dans les prochaines semaines, où il y aura plus de monde dans le métro et dans les autobus, là, ça deviendra vraiment important le masque, a-t-il laissé tomber concernant la situation dans la région de Montréal.

François Legault va rencontrer jeudi, dans la métropole, la mairesse Valérie Plante. L'achat et la distribution de masques seront à l'ordre du jour de leurs discussions.

Selon Valérie Plante, Québec doit impérativement aider financièrement la métropole pour acheter et distribuer des masques au grand public. Une demande similaire a aussi été faite auprès du gouvernement fédéral.

Ça ne peut pas incomber seulement à la population de se procurer des masques, a-t-elle lancé mercredi matin, durant une séance virtuelle du comité exécutif.

On doit soutenir nos populations et s'assurer que tout le monde puisse avoir le matériel de protection nécessaire.

Valérie Plante, mairesse de Montréal

Alors que Montréal est durement frappé par l’épidémie et que ses finances ont été sévèrement touchées, l’accessibilité à ces masques est un enjeu très important, a-t-elle souligné, tout en mettant de l’avant des mesures prises par d’autres pays et grandes villes.

À Paris, par exemple, l’administration locale a annoncé, début avril, l’achat de plus de 2 millions de masques. Mais parallèlement, le gouvernement français a lancé une production massive de couvre-visage et des ententes ont été conclues pour en faciliter la distribution. Ces masques peuvent par exemple être livrés par voie postale ou être récupérés dans des pharmacies ou d’autres lieux accessibles au grand public.

Un prix plafonné à 0,95 euros pour un masque chirurgical a également été imposé.

D’autres pays européens ont adopté des procédés similaires, tout en rendant, par la suite, le port de ces masques obligatoire.

50 000 masques commandés par Montréal

Fin avril, la Ville de Montréal a commandé 50 000 masques réutilisables. La distribution a débuté auprès de personnes vulnérables, dans le besoin. D’autres commandes de plusieurs dizaines de milliers d’autres masques supplémentaires ne sont pas exclues. Dans le même temps, des arrondissements, comme Montréal-Nord, ont eux aussi commandé et distribué des masques à leurs résidents.

Québec travaille fort, affirme François Legault

À Montréal, on souhaite également de telles initiatives gouvernementales et une aide logistique.

Les deux paliers de gouvernement doivent nous venir en aide, glisse-t-on au sein du cabinet de Valérie Plante.

Quelques heures avant la déclaration de François Legault, son gouvernement n'avait pas voulu s'engager en ce sens. Il est actuellement beaucoup trop tôt pour se prononcer sur la situation. Cette question est en cours d’évaluation au sein du ministère de la Santé et des Services sociaux (MSSS), a spécifié par courriel Robert Maranda, porte-parole du MSSS.

Interrogé plus tôt à l’Assemblée nationale, le premier ministre Legault a admis que son équipe travaille fort pour avoir assez de masques à mettre à la disposition des personnes utilisant le transport en commun. Il n’y a pas, pour le moment, la disponibilité nécessaire, a-t-il précisé.

Si tel est le cas, il a reconnu qu’une discussion pourrait avoir lieu pour rendre le couvre-visage obligatoire.

Des masques distribués dans le métro fin mai, promet la STM

Par ailleurs, la Société de transport de Montréal (STM), qui gère le réseau des bus et métros de la métropole, indique finaliser, actuellement, un contrat pour l’achat de 600 000 masques.

Deux fournisseurs ont été contactés et ces masques seront livrés graduellement, a-t-on précisé à Radio-Canada.

Ces masques, qui seront réutilisables et fabriqués au Québec, devraient être distribués dès la fin du mois, selon Amélie Régis, porte-parole de la STM.

Les modalités de distribution restent cependant à déterminer, précise-t-elle, mais l’ensemble de la clientèle pourra en bénéficier.

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !