•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le Conseil des écoles fransaskoises évalue ses options en vue de la rentrée en septembre

Des élèves dans une classe dessinent.

Le directeur général du Conseil des écoles fransaskoises, Ronald Ajavon, confirme que les bulletins ne seront pas fourni en mains propres aux élèves et aux parents cette année.

Photo : Fournie par le Conseil des écoles fransaskoises

Le Conseil des écoles fransaskoises (CEF) se penche actuellement sur « plusieurs scénarios » en prévision de la rentrée scolaire automnale afin de reprendre ses activités tout en suivant les recommandations du médecin hygiéniste en chef et du ministère de l’Éducation.

Même si les écoles en Saskatchewan demeureront fermées jusqu’en septembre et que le CEF offre des cours en ligne aux élèves jusqu’à la fin de l’année scolaire, le réseau scolaire fransaskois compte mettre toutes les chances de son côté pour assurer une reprise des activités sécuritaire à l’automne.

On regarde plusieurs modèles au niveau du transport scolaire, les règles de distanciation physique et la disposition des salles de classe, par exemple. Ce sont tous des volets qu’on doit prendre en considération, note le directeur général du CEF, Ronald Ajavon.

La force d’un système comme le nôtre, c’est de pouvoir être le plus flexible possible tout en ayant un plan solide [pour reprendre les activités scolaires], poursuit-il, ajoutant que des cours hybrides sont aussi envisageables.

Par ailleurs, Ronald Ajavon confie qu’il n’est pas impossible que des règles à propos du port du masque soient mises en place à l’automne si les élèves sont autorisés à revenir à l’école, mais que ce type de décision dépendra du contexte et des risques de propagation de la COVID-19 à ce moment-là.

On croise les doigts pour que la situation s’améliore rapidement, mais ça n’empêche pas que, comme institution, on ait tous les scénarios pour s’assurer de la sécurité et du bien-être [des élèves] et des familles, explique-t-il.

Ronald Ajavon, directeur général du CEF, répond aux questions du journaliste.

Ronald Ajavon a aussi tenu à remercier les parents des élèves fransaskois pour leur adaptation en ces temps plus difficiles.

Photo : Radio-Canada / Karel Houde-Hébert

Une fin d’année scolaire pas comme les autres

Selon Ronald Ajavon, le ministère de l’Éducation a donné des directives aux écoles afin que les élèves ne soient pas pénalisés malgré la pandémie et le bouleversement de l’année scolaire, qui prendra fin le 26 juin.

Ainsi, les élèves de la maternelle à la 8e année recevront une note finale de 3, qui indique qu’ils ont atteint les objectifs liés aux différents apprentissages. Toutefois, si les élèves poursuivent leurs efforts grâce aux ressources en ligne, ils pourront tenter de hausser leur note finale et ainsi d'avoir une note de 4 sur leur bulletin, ce qui signifie qu’ils ont dépassé les attentes.

L'amélioration de cette note n'est toutefois pas automatique, et les élèves devront démontrer à leur enseignant qu'ils ont dépassé les objectifs des apprentissages, alors que ceux qui avaient déjà une note de 4 pourront toutefois conserver ce résultat final, précise le CEF.

Pour leur part, les élèves de la 9e à la 12e année obtiendront automatiquement la note de passage de 50 %. Un élève qui veut améliorer ce résultat devra répondre aux exigences de son enseignant.

Ronald Ajavon confirme également que les élèves et les parents ne recevront pas de bulletin en mains propres cette année. Ces derniers recevront plutôt un bulletin par voie électronique après que les enseignants auront compilé les résultats.

De plus, le CEF travaille présentement avec les directions des écoles afin de permettre aux élèves et aux parents de rapporter à la maison les effets personnels qui se trouvent toujours à l’intérieur des établissements, et ce, de façon sécuritaire.

Les directions sont déjà en contact avec les parents et les élèves d’une communauté à l’autre pour avoir un processus tout en respectant les règles de distanciation physique, précise Ronald Ajavon.

Des élèves dans un gymnase.

Différents scénarios sont envisagés par le Conseil des écoles fransaskoises en vue de la rentrée scolaire en septembre, mais il est peu probable que la vie à l'intérieur des écoles soit la même qu'avant la pandémie.

Photo : Radio-Canada / Marc-Antoine Bélanger

Les finissants ne seront pas oubliés

Pandémie oblige, les finissants du CEF ne pourront pas célébrer la fin de leur parcours scolaire au primaire durant une fête cette année, mais Ronald Ajavon affirme que ce n’est que partie remise.

On attend que la situation s’améliore pour voir des fêtes de finissants. Cependant, on travaille avec chaque communauté, et chaque direction travaille avec sa clientèle pour voir quelle forme prendra une fête qui nous permettra de répondre aux recommandations du médecin en chef et du ministère [de l’Éducation].

Avec les informations de Karel Houde-Hébert

COVID-19 : les services ouverts ou fermés dans votre région

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !