•  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  
  •  

Le séjour d’étudiants étrangers en Atlantique se prolonge

Bien des étudiants étrangers sont en quelque sorte bloqués au Canada à cause de la pandémie de la COVID-19.

Radio-Canada
Prenez note que cet article publié en 2020 pourrait contenir des informations qui ne sont plus à jour.

Les frontières fermées et la rareté des vols durant cette pandémie poussent de nombreux étudiants étrangers à rester dans les provinces de l’Atlantique ce printemps, alors que normalement ils seraient presque tous rentrés dans leur pays d’origine.

Notre dossier : La COVID-19 en Atlantique

Sungja Kim, étudiante sud-coréenne à l'Université Dalhousie, à Halifax, explique que les frontières sont fermées et qu’elle n’a pu trouver un vol.

Son ami, l’étudiant chinois Changchuan Wan, affirme qu’il a trouvé des vols pour la Chine, mais qu'ils étaient beaucoup trop coûteux à 15 000 $ pour un aller simple.

Les deux étudiants disent attendre que la situation change.

La plupart des 550 étudiants toujours en résidence universitaire en Nouvelle-Écosse restent là à cause de la fermeture des frontières et de l'annulation de vols. Certains ne veulent pas quitter la province par peur de ne pas pouvoir y revenir à la rentrée pour poursuivre leurs études.

Les universités font donc ce qu'elles peuvent pour les accommoder et les aider. C'est notamment le cas à l'Université Sainte-Anne, à Pointe-de-l'Église, où il reste toujours 17 étudiants.

On a monté un fonds d'urgence à l'Université Sainte-Anne pour des étudiants qui avaient des besoins financiers et on va certainement être flexible autant que possible pour le paiement de n'importe quels frais, explique le recteur et vice-chancelier, Allister Surette.

Toutes les universités qui hébergent toujours des étudiants étrangers se préoccupent de leur sécurité.

Tout le monde a été placé chacun dans sa propre chambre et, évidemment, il y a les consignes dans les endroits communs comme la distanciation sociale et le port de masques, souligne le directeur des services d'hébergement et de conférences à l’Université Saint Mary's, Matt Robinson.

Une jeune femme souriante interviewée devant l'enseigne de l'université.

La Zimbabwéene Amanda Katsande étudie le commerce à l'Université Saint-Mary's.

Photo : Radio-Canada

La majorité des étudiants respectent les consignes, selon Amanda Katsande, étudiante du Zimbabwe à l'Université Saint-Mary's. Quant à moi, selon ce que j'ai vu, les gens essayent de respecter les mesures, dit-elle.

Les universités ne savent pas combien de temps les étudiants étrangers pourront rester dans les résidences cet été, étant donné l'imprévisibilité de la situation entourant la pandémie de la COVID-19.

Avec les renseignements de Paul Légère

Vos commentaires

Veuillez noter que Radio-Canada ne cautionne pas les opinions exprimées. Vos commentaires seront modérés, et publiés s’ils respectent la nétiquette. Bonne discussion !

En cours de chargement...